Le Trouble Bipolaire et l'Hypnose

La trouble Bipolaire et l'hypnose

 

Introduction

Le trouble bipolaire est un trouble de l'humeur, autrefois appelé "Psychose maniaco-dépressive". Ce trouble est caractérisé par une instabilité anormale de l’humeur.

Être bipolaire est un trouble qui dévaste celui qui en souffre. Si vous êtes bipolaire, il y a de fortes chances pour que votre famille souffre avec vous. Peu importe que vous soyez un membre de la famille qui essaie d'y faire face ou si vous êtes la personne diagnostiquée, il existe de l'espoir.

Même s'il n'existe pas de remède pour le trouble bipolaire au jour d'aujourd'hui, il existe beaucoup de manières d'améliorer vos chances de vivre une vie longue et heureuse. La bonne nouvelle est que le processus n'est pas difficile.

Les hauts et les bas sont ce qui cause le plus de problèmes. Être heureux et insouciant pendant une minute est merveilleux, mais lorsque cela est suivi par un moral en chute libre, il y a de quoi s'inquiéter.

Vous trouverez bon nombre de différents scénarios qui vous aideront à faire face au trouble bipolaire et à tous ses hauts et ses bas. Avec une compréhension de la maladie ainsi qu'une aide dans l'utilisation des outils utiles, vous serez en mesure d'améliorer votre qualité de vie et celle des êtres aimés.

 

Chapitre 1 : Comprendre le trouble bipolaire pour obtenir de l'aide

 

Beaucoup d'individus souffrant du trouble bipolaire ont un seul objectif. Cet objectif consiste à vivre une vie aussi normale que possible. Traverser la journée sans avoir de problèmes émotionnels, pouvoir s'occuper de leurs rendez-vous de travail sans que les personnes ne se demandent ce qui ne va pas chez eux ou tout simplement pouvoir profiter de la cérémonie de fin d'études de leurs enfants, sont des objectifs supplémentaires que ces individus peuvent avoir.

Avant de totalement apprendre comment faire face au trouble bipolaire, vous devez totalement comprendre votre maladie. Vous devez savoir ce qui se passe, du mieux que vous pouvez, pour pouvoir ensuite déclencher les stratégies d'adaptation qui fonctionneront pour vous.

Il n'existe pas de manière 100% efficace pour stopper ces symptômes. Mais, il existe énormément de choses que vous pouvez apprendre à faire pour améliorer vos perspectives.

Pour arriver à ce stade, nous commencerons par vous donner toutes les informations dont vous avez besoin au sujet de votre maladie, afin que vous compreniez mieux ce qui vous arrive. Si vous être un membre de la famille qui veut simplement aider une personne bipolaire, vous pouvez aussi apprendre ce dont vous avez besoin pour l'aider.

 

Bipolaire : le côté médical

Le trouble bipolaire est une maladie avec des extrêmes au niveau de l'humeur et des expériences de vie. Sans aucun doute, le bipolaire est une condition de santé grave et handicapante. C'est une maladie mentale et un traitement est nécessaire.

Vous avez probablement entendu parler du trouble bipolaire dans le terme de psychose maniaco-dépressive ou une personne souffrant d'un trouble maniaco-dépressif. Mais les scientifiques ont appris que le comportement maniaco-dépressif n'est qu'un des extrêmes de cette maladie. L'autre côté est la dépression. Ces deux maladies sont extrêmement graves pour votre bien être, et même votre espérance de vie, et doivent être traitées.

La cause des troubles bipolaires n'est pas connue. Chez la plupart, ils commencent au début de l'adolescence. Certains pensent qu'ils sont déclenchés par la puberté. D'autres ne développeront pas cette maladie avant d'entrer dans les années de jeune adulte. Et ces troubles peuvent durer toute la vie.

Pour la majorité des individus, le trouble bipolaire est une maladie qui n'est pas présente en permanence. Vous ne passez pas d'une humeur à l'autre en une seconde et cela ne se passe pas à tout bout de champ. Par exemple, certaines personnes auront des crises qui dureront plusieurs semaines. D'autres les auront pendant quelques mois. Même s'il est possible de souffrir de bipolarité avec des symptômes présents en permanence, ce cas est extrêmement rare.

Si vous n'obtenez pas d'aide, votre maladie continuera très certainement à empirer. Sans aucun doute, la dépression est un tueur en elle-même. Par conséquent, ne pas obtenir d'aide n'est pas une option. Mais la bonne nouvelle est qu'il existe des médicaments, des traitements, des thérapies, qui aident à réduire les symptômes.

 

Êtes - vous bipolaire ?

La première question que vous devez vous poser est si vous souffrez de cette maladie. Apprendre les signes et symptômes vous aidera à peser le besoin d'obtenir, ou non, une attention médicale. Si l’un de vos symptômes est sévère ou si vous vous blessez vous-même, vous devez obtenir un aide médicale immédiate.

Les individus bipolaires passeront à travers des alternances de hauts et de bas qui jouent sur leurs émotions. Les hauts sont appelées épisodes de manie. Les bas sont les épisodes de dépression. L'intensité de ces hauts et bas varie de personne en personne et d'un épisode à l'autre.

Pendant la phase maniaque, il est possible d'observer plusieurs symptômes.

Vous pouvez vous sentir heureux et optimiste. Vous vous sentez euphorique. Vous pouvez également posséder une très haute opinion de vous-même, un égo démesuré.

Vous pouvez avoir un très mauvais jugement et vous le saurez lorsque les autres vous diront que vous avez pris la mauvaise décision.

Votre discours peut être très rapide. Votre esprit est comme fou, saute d'une idée à l'autre. Vous pouvez être agité et sentir le besoin de bouger votre corps et votre esprit. L'activité physique peut également augmenter.

Beaucoup auront des comportements agressifs, souvent plus que ce qui est “acceptable”.

Certains auront des problèmes pour dormir, pour se concentrer. Vous pouvez être aisément distrait et avoir des problèmes pour terminer vos tâches.

Vous pouvez être imprudent ou tenter des choses que vous ne feriez normalement pas.

Ceux qui souffrent du côté maniaque du trouble bipolaire feront la transition vers le côté dépressif. Ce côté dépressif est ce qui est associé aux symptômes ressemblant à la dépression. Ils peuvent inclure ce qui suit :

Se sentir très triste, très coupable ou penser que tout est perdu. Le désespoir est également un sentiment commun. La marque de fabrique d'un problème est que le symptôme est infondé et persistant.

Vous pouvez être très fatigué, souvent ne pas mener vos tâches à bien. Vous pouvez perdre intérêt dans les choses que vous réalisez normalement au quotidien. Même les choses que vous aimez faire ne sont pas faites.

Vous pouvez être très irritable, vous mettre en colère sans véritable raison.

Vous pouvez ne pas être capable de dormir même si vous êtes fatigué. Vous pouvez ne pas avoir faim et certains perdront du poids parce qu'ils ne mangent pas correctement.

Certains ont des problèmes avec la douleur. Si vous avez des douleurs sans véritable cause, cela peut être un signe de comportement dépressif.

Le plus sérieux de tous les symptômes et signes de comportement dépressif est de penser au suicide. Si vous y pensez, votre maladie réclame une attention immédiate.

Si vous pensez souffrir de n'importe lequel de ces symptômes, vous devez en informer votre médecin pour être diagnostiqué. Il est nécessaire d'obtenir un traitement qui peut vraiment vous aider !

 

Quelle est la cause ?

Une chose que les patients bipolaires veulent savoir est pourquoi. Pourquoi cela m'arrive-t-il ? Pourquoi dois-je subir cela ? Pourquoi ma vie ne peut-elle pas être normale ?

Malheureusement, il n'existe pas de réponse. Ni les médecins ni les scientifiques ne comprennent pourquoi ou ce qui cause l'apparition des troubles bipolaires. Mais ils ont des idées de ce qui pourrait se situer derrière ce que vous ressentez.

Une des hypothèses est qu'une combinaison de facteurs mène à cette maladie, y compris des facteurs environnementaux, génétiques et biologiques. Les médecins croient que ces conditions causent non seulement l'apparition du trouble, mais contrôlent également quand les épisodes se déclenchent et leur fréquence.

Ceux qui sont bipolaires ont des problèmes à l'intérieur du cerveau. Il existe des messagers chimiques qui vont de vos cellules nerveuses au cerveau lui-même pour relayer les informations. Ils sont appelés neurotransmetteurs. Chez ceux qui souffrent de trouble bipolaire, ces messagers sont différents et communiquent simplement de manière différente avec le cerveau, déclenchant les symptômes.

Il est probable que ceux qui souffrent de bipolarité possèdent un code génétique les plaçant dans cette position. Alors que les dispositions génétiques en soi, ne déclenchent pas l'apparition de la condition, ceux qui possèdent ce codage ont plus de chances de la développer.

En plus de ce code génétique, la plupart des médecins supposent que des effets environnementaux sont nécessaires pour déclencher le problème. Cela peut inclure l'abus de drogues ou des événements extrêmement stressants. Parfois, un événement extrêmement traumatique, tout spécialement psychologique, peut déclencher le trouble bipolaire.

 

Courrez - vous le risque ?

Vous pouvez courir le risque de bipolarité s'il existe des antécédents de trouble bipolaire ou d'autres conditions dépressives dans votre famille. En fait, dans plus de 90% des cas de personnes bipolaires, il existe des antécédents de dépression dans la famille.

De nouveau, si vous possédez des gènes transmis par des personnes de votre famille ayant ces anormalités, vous courrez plus de risque de connaître la maladie. Alors que les gènes exacts ne sont pas connus, beaucoup de chercheurs travaillent à découvrir le gène qui rend plus ou moins sensible au trouble bipolaire.

 

Devez - vous consulter votre médecin ?

Une attention médicale est réellement importante. Le problème est que beaucoup de personnes souffrent des symptômes sans même savoir qu'elles ont un problème.

Certains réaliseront que quelque chose ne va pas, mais peu réaliseront combien ils sont affaiblis. De plus, beaucoup ne réalisent pas combien ces sautes d'humeurs sont ennuyeuses pour leur entourage. Si vous êtes atteint par ce trouble, vous ne réalisez probablement pas ce que vous faites subir à votre famille et à vos amis.

Par conséquent, il est souvent nécessaire que votre conjoint(e), ami ou parent arrive à vous convaincre d'aller chez un médecin pour que vous soyez diagnostiqué, pour votre propre sécurité. Ceux qui sont inquiets pour les personnes auxquelles ils tiennent doivent rechercher l'assistance nécessaire. Une aide professionnelle peut être très bénéfique pour ceux qui souffrent.

Si une personne souffrant de trouble bipolaire ne recherche ni n'obtient l'aide nécessaire, non seulement le stress continuera à s'accumuler, mais les problèmes physiques deviendront également évidents. Les patients peuvent se blesser pendant ces épisodes.

 

Qui dois - je consulter ?

Si vous réalisez que vous avez besoin de l'aide d'un professionnel, contactez tout d'abord votre médecin de famille. Il vous aidera à déterminer s'il y a ou non d'autres problèmes médicaux.

À partir de là, la personne que vous devez contacter est un psychiatre.

Pas d'inquiétude ! Le processus pour obtenir de l'aide est simple. Amenez avec vous une personne de votre entourage ayant noté les symptômes dont vous souffrez. La première chose que demandera votre médecin est quels types de symptômes vous éprouvez. Il vous demandera de décrire les symptômes dépressifs et maniaques.

Au cours de votre premier rendez-vous, vous parlerez de votre vie quotidienne, des épisodes subis et de votre santé générale. Le médecin exclura les autres problèmes médicaux et autres problèmes mentaux. D'autres conditions, comme les troubles de l'humeur, le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention, la schizophrénie et même un trouble de la personnalité peuvent avoir des symptômes similaires au trouble bipolaire.

Votre médecin peut également vous demander de passer des tests qui détermineront s'il existe d'autres causes de votre maladie. Il découvrira s'il existe des causes physiques.

Cela peut inclure une discussion sur la consommation abusive de substances dangereuses. Votre médecin vous demandera et aura besoin d'une réponse honnête à ce sujet. Si vous buvez de l'alcool, utilisez des drogues telles que la marijuana et la cocaïne, vous devez le dire à votre médecin. Souvenez-vous que votre médecin ne peut parler de ces choses à personne d'autre, il est tenu par le secret professionnel. Ces types de drogues peuvent altérer l'humeur et chez certaines personnes, créer d'énormes fluctuations.

Une autre raison possible de vos sautes d'humeur peut être un problème de santé comme les problèmes thyroïdiens. Ici, un test sanguin est nécessaire. Il testera la manière dont fonctionne votre thyroïde. Bon nombre de ceux qui souffrent de sautes d'humeur possèdent une thyroïde sous active. La bonne nouvelle est que si c'est le problème, des médicaments existent pouvant traiter ces problèmes thyroïdiens.

Il reste encore d'autres choses dont vous devez discuter avec votre médecin. Vous devrez lui parler des médicaments que vous prenez, qui peuvent causer des sautes d'humeur. Si vous êtes sous traitement médical pour une dépression ou pour de l'anxiété, votre médication peut mener à des sautes d'humeur. Les médicaments utilisés pour traiter la maladie de Parkinson sont également coupable d'engendrer des sautes d'humeur.

Votre médecin vous posera également des questions au sujet de votre régime alimentaire. Les aliments que vous consommez fournissent les nutriments que vous obtenez. Ceux qui manquent de vitamine B12, en particulier, peuvent connaître des sautes d'humeur.

N'importe laquelle de ces conditions peut conduire votre médecin à déterminer que vous souffrez d'un trouble bipolaire. Il est très important de communiquer avec votre médecin au sujet de tous vos besoins et d'être honnête avec lui. En lui disant tout au sujet de votre vie quotidienne, y compris les mauvaises choses, il pourra prendre les bonnes décisions pour traiter votre maladie.

Il est probable que vous découvriez que votre médecin possède de l'expérience dans les troubles bipolaires. Parce que chaque année, des milliers de personnes souffrant de ce trouble consultent leurs médecins. Ce moins rare que vous pourriez le penser !

 

Chapitre 2 : Pourquoi devrais-je obtenir de l'aide de toute façon ?

 

Le trouble bipolaire est une maladie mentale. Ce n'est pas comme un rhume qui disparaîtra. Ni comme une jambe cassée qui se réparera seule. Sans l'aide d'un professionnel, votre trouble empirera.

Ce qui vous arrive sera unique. Il n'existe aucun moyen de savoir si votre condition empirera rapidement ou non. Mais les statistiques montrent que ceux qui ne cherchent pas d'aide souffriront de complications ainsi que les membres de la famille.

Si vous souffrez du trouble bipolaire, d'autres maladies peuvent le rendre pire. Par exemple, si vous essayez de faire face à l'anxiété, ce sera extrêmement difficile parce que vous êtes bipolaire. Certaines conditions peuvent devenir mortelles, par exemple si vous êtes alcoolique, cela peut devenir un problème très grave.

Si vous ne pouvez pas vous empêcher de boire, votre vie peut être en danger. Non seulement l'alcool causera des problèmes de santé, mais le trouble bipolaire peut vous conduire à penser de manière irrationnelle et vous pourriez vous retrouver dans des situations dangereuses. Pour cette raison, obtenir de l'aide est une obligation.

Pour certains, la durée entre les symptômes dépressifs et les symptômes maniaques peut être très courte. Ils peuvent passer rapidement d'un symptôme à l'autre, menant à la confusion et même à des risques de santé. En soi, ce cycle rapide causera pas mal d'ennuis à ceux qui en sont victimes.

Il peut empirer également. Il est possible d'être dans un état de dépression et de manie au même moment. Lorsque cela survient, le résultat final est que votre esprit et vos émotions sont complètement mélangées. Vous êtes agité et ennuyé. Vous êtes incapable de dormir ou de manger. Vous ne pouvez pas organiser vos pensées.

Même pire, lorsque cela survient, les gens sont plus à même de penser au suicide. Cela peut être très dangereux parce que les gens dans cet état d'esprit ne pensent pas rationnellement et peuvent prendre des mauvaises décisions.

Un autre problème est la psychose. Les symptômes bipolaires combinant manie et dépression peuvent mener à la psychose. C'est une maladie mentale très grave faisant que votre personnalité est totalement désorganisée. Vous êtes perdu entre ce qui est réel et ce qui ne l'est pas. Vous hallucinez et vous êtes délirant. Même ceux qui croient fortement en quelque chose peuvent prendre une décision totalement opposée.

 

Le stress augmente

Au-delà des risques physiques, le trouble bipolaire possède des effets tout aussi dévastateurs sur vos relations.

Beaucoup de personnes bipolaires ont des problèmes dans leurs relations. Ils passent rapidement d'une personne à l'autre en raison de leurs sautes d'humeur. De plus, ceux qui souffrent de trouble bipolaire font souvent des erreurs lorsqu'ils font face aux autres. Ils sont simplement confus au sujet de ce que l'émotion est supposée être dans n'importe quelle situation.

En plus de cela, beaucoup de personnes souffrant du trouble bipolaire ont, par-dessus le marché, des problèmes financiers. Ils ne prennent pas les bonnes décisions en ce qui concerne leur argent, leurs dépenses et leurs choix. Bon nombre entraînent leurs familles avec elles dans ce problème.

Parfois, un épisode de manie peut déclencher des achats compulsifs. Un épisode dépressif peut faire de même.

Pourtant, un des effets les plus graves de la bipolarité est la manière dont les personnes se traitent elles-mêmes. Bon nombre pensent que la seule façon de faire face à ce qui arrive est de s'isoler.

Cela survient facilement pendant les phases dépressives, spécialement quand un individu connaît un épisode sévère. Sans la protection nécessaire d'un être aimé, ils peuvent laisser les pensées suicidaires prendre le contrôle. En raison de cet isolement, il est important que les êtres aimés leurs fournissent le soin nécessaire pour rester en sécurité.

Comme vous pouvez le voir, les complications du trouble bipolaire peuvent être graves. Parce que beaucoup de personnes qui souffrent ne réalisent tout simplement pas qu'ils en souffrent, la maladie peut escalader et placer les patients en danger même lors de leurs activités quotidiennes.

Par exemple, le risque en conduisant une voiture est réel. Si un changement d'humeur survient, la personne peut perdre le contrôle du véhicule. Même pire, elle peut prendre les mauvaises décisions, mettant également les autres en danger. Ce scénario s'applique à bien d'autres situations de la vie de tous les jours.

Obtenir de l'aide peut réellement améliorer vos perspectives et réduire les complications.

 

Chapitre 3 : Le traitement de la bipolarité donné par votre médecin

 

La première chose à faire est donc de discuter avec votre médecin pour déterminer ce dont vous souffrez. Si c'est véritablement d'un trouble bipolaire, il existe plusieurs options de traitement que peut vous recommander votre médecin.

Le processus de traitement de la bipolarité prendra deux formes principales. La première est le besoin de médication. La seconde est la psychothérapie. La combinaison des deux a efficacement aidé des millions de personnes à améliorer leurs vies.

Il n'existe pas de remède pour le trouble bipolaire, mais avec les bons traitements, vous pouvez améliorer votre qualité de vie et rester en sécurité.

La combinaison des médicaments et de la psychothérapie est la meilleure route à prendre. Plus tard, nous parlerons des autres choses que vous pouvez faire en plus des soins de votre médecin.

Médicaments

Il existe de nombreux médicaments disponibles que votre médecin peut vous prescrire. Ils ont pour but de réguler vos sautes d'humeur.

La médication la plus commune inclut le Lithobid et Eskalith. Ils fonctionnent comme stabilisateurs de l'humeur et sont un des premiers outils contre les épisodes maniaques. Ils sont votre première ligne de défense contre vos sautes d'humeur.

En plus de ces derniers, d'autres médicaments sont utilisés pour stabiliser l'humeur. Les médicaments repoussant les attaques, en particulier, fournissent l'aide nécessaire. Ce sont les acides valproïques, par exemple Depakene, Divalproex ou Iamotrigine.

Ils fonctionnent comme régulateurs de l'humeur. Une médication moins souvent utilisée est le Topiramate vendu sous le nom de Topamax.

Cependant, plus d'aide est nécessaire pour contenir les sautes d'humeurs amenées par le trouble bipolaire. Vous ferez probablement face à des épisodes de dépression et, souvent, les médecins trouvent qu'il est important de traiter avec soin ces symptômes.

Il peut décider de vous donner des antidépresseurs. Ils sont parfaits pour traiter spécifiquement la dépression et, par conséquent, fonctionnent souvent sur les patients bipolaires. Cette médication peut être :

Paroxétine, sous le nom de Paxil • Bupropion, sous le nom de Wellbutrin • Fluoxétine, sous les noms Proza et Sarafem • Sertraline, sous le nom de Zoloft

Votre médecin peut, en plus, vous fournir des médicaments anti- psychotiques, connus comme neuroleptiques s'il juge que vous en avez besoin. Ceci inclut deux types, incluant le rispéridone sous le nom Risperdal et l'olanzapine sous le nom de Zyprexa.

Certains médicaments ont été créés pour traiter en même temps les symptômes dépressifs et maniaques. Par exemple, la quétiapine, sous le nom de Seroquel, commercialisé en Belgique.

Mais la prise de ces médications entraîne des risques de santé. Ceux qui prennent des médicaments neuroleptiques ont plus de risques de développer des diabètes. Et sont sujet à une très grande prise de poids s'ils ne suivent pas un régime d'exercice physique et une alimentaire appropriés. Ce poids accru mènera à des problèmes d'hypertension, créant des problèmes cardiaques.

Cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas prendre ces médicaments si votre médecin vous les prescrit. En fait, vous devez les prendre puisqu'ils peuvent améliorer votre santé et votre vie. Mais vous devez toujours suivre les conseils de votre médecin au sujet des limitations, du régime alimentaire et de l'exercice physique.

Chaque médication que vous prenez entraînera des effets secondaires et des réactions différentes. Certains n'en auront aucun, d'autres en auront de sévères.

Lorsque vous prenez ces médicaments pour la première fois, il est essentiel de prendre en considération la manière dont ils vous affectent. Vous pourriez trouver qu'ils sont accablants ou causent des effets secondaires trop sévères. Contactez votre médecin pour qu'il puisse modifier le dosage.

De plus, vous devez réaliser que ces médicaments ont souvent besoin de passer du temps dans votre système avant d'en remarquer les résultats. Certains peuvent réclamer des semaines de prise quotidienne pour atteindre leurs pleins potentiels.

Trouver le bon dosage prendra du temps. Soyez patient et travaillez avec votre médecin.

 

Psychothérapie

Même si la psychothérapie semble être quelque chose d'effrayant, c'est en fait, quelque chose pouvant être réalisé facilement et qui peut être très bénéfique. Votre médecin et vous travaillerez ensemble pour déterminer le meilleur traitement possible. Habituellement, vous prendrez des médicaments pendant le processus.

L'objectif sera de découvrir des choses similaires dans vos épisodes. En traquant et en explorant ces choses similaires, votre médecin pourra mieux comprendre ce qui les déclenche.

En traquant ces changements d'humeur, le médecin peut découvrir si quelque chose les provoque. Par exemple, si vous prenez des médicaments pour une autre maladie, ils peuvent déclencher vos sautes d'humeur et mener à l'effet de bipolarité.

D'autres déclencheurs communs incluent les émotions. Par exemple, si vous avec une dispute avec votre conjoint(e), vous pouvez ressentir une grave saute d'humeur. En plus de ces causes émotionnelles, des changements physiques peuvent agir comme déclencheurs.

Au cours de la psychothérapie, votre médecin travaillera à trouver des moyens de gérer ces épisodes. En apprenant à faire face aux incertitudes qu'amène le trouble bipolaire, vous pouvez améliorer votre bien-être général.

Souvent, la médication seule n'apporte pas l'aide nécessaire pour lutter contre le trouble bipolaire. Ceux qui font face à la maladie ont besoin d'apprendre à réaliser qu'ils affrontent des sautes d'humeur. La psychothérapie peut les aider à réaliser qu'ils peuvent gérer ce qui leur arrive et arrêter de se blesser eux- mêmes et les autres.

Elle aide aussi à réaliser l'importance extrême de continuer à prendre ses médicaments. Lorsque vous réalisez l'étendue de ce que vous faites pendant vos sautes d'humeur et combien elles sont infondées, vous pouvez apprendre à les remarquer et vous réaliserez que vous avez besoin de médicaments pour les contrôler autant que possible.

 

Thérapie par électrochoc (électroconvulsivothérapie)

Pour ceux qui souffrent de graves troubles bipolaires, les médicaments et la psychothérapie peuvent ne pas être suffisants pour leur fournir le soulagement nécessaire. Les électrochocs sont une autre option disponible. Vous entendrez plus souvent parler d'ECT.

Les personnes ayant besoin de traitement par électrochocs n'ont généralement pas bien répondu aux médicaments. De plus, ils souffrent généralement de dépression sévère avec des pensées suicidaires fréquentes. Dans les cas où les tendances suicidaires sont constatées, un traitement supplémentaire peut être nécessaire.

Au cours du traitement par électrochocs, votre médecin utilisera des électrodes placées sur votre tête pour commencer. Il vous donnera également un relaxant musculaire. Ensuite, vous recevrez une anesthésie et ne sentirez rien du tout.

Les électrodes enverront une petite quantité de courant électrique. Bien que dans des circonstances normales, du courant dans le cerveau peut être très grave et très traumatisant, cela n'arrive pas ici.

Parce que vous avez pris un relaxant musculaire, votre corps reste immobile et calme. Le courant passe à travers votre cerveau pendant moins d'une seconde.

Mais, pourquoi réaliser cela ? Il n'existe en réalité pas beaucoup de réponses à cette question. Pendant le processus d'électrochocs, votre cerveau réagira de manière unique. Le métabolisme de votre cerveau change de manière significative. La manière dont le sang circule change également. Le résultat final est que la dépression dont vous souffrez est réduite de manière significative et que vous vous sentez mieux.

Essayer cette thérapie peut sembler très pénible. Après tout, faire passer un courant électrique à travers votre cerveau peut sembler ne pas être bénéfique.

Mais souvenez-vous que la quantité de courant et le temps pendant lequel le courant passe dans le cerveau sont minimes. Cela couplé au contrôle du relaxant musculaire et vous en tirez bénéfice plutôt que vous n'en souffrez.

 

Qu'est - ce qui est bon pour vous ?

Il serait bon pour vous et votre médecin de déterminer quel est le bon plan d'action pour vous. La décision prendra racine dans votre maladie et sa sévérité.

Ajuster la médication et voir les bénéfices de la psychothérapie prendra du temps. Pendant ce temps, vous pouvez ne pas voir beaucoup d'amélioration. Mais les recherches ont montrées que beaucoup de patients obtenaient des améliorations remarquables dans leur vie quotidienne.

Il est important pour vous de travailler avec votre médecin, vous pouvez également obtenir ces bénéfices. Restez en communication constante avec lui. Il est là pour vous aider à trouver la meilleure solution.

Mais en avons-nous terminé ? Est-ce là, toute l'aide que vous pouvez obtenir ? Non. Et c'est pourquoi ce guide n'en est qu'à la moitié. Il existe d'autres moyens de faire face.

Chapitre 4 : Pourquoi tant de personnes luttent avec les traitements

 

Même si les médicaments et la psychothérapie sont des méthodes pour faire face au trouble bipolaire, souvent, les individus ne les suivront tout simplement pas. Ils les arrêtent, ils les abandonnent. Ils ne peuvent pas supporter le processus de combattre leurs esprits et leurs corps. Ils abandonnent tout simplement.

Comme vous pouvez l'imaginer, ce n'est simplement pas la meilleure chose à faire lorsqu'il s'agit de votre santé. Toutefois, un grand nombre de patients bipolaires ressentiront cet état d'esprit à un moment ou un autre. Pourquoi ?

Les neuroleptiques et les stabilisateurs de l'humeur sont souvent le type de médicaments avec le plus d'effets secondaires et par conséquent, les plus communément stoppés par le patient.

Mais ceux qui cessent de prendre ces médicaments contre les recommandations du médecin font face à un énorme problème. Ils rechutent dans leurs symptômes. Ils sont souvent hospitalisés. Certains finissent sans-abri, victimes et sont souvent impliqués dans différents types de crimes. Que ce soit en prison ou à l'hôpital, ceux qui ne se traitent pas correctement finissent par avoir des problèmes.

 

Non - obéissance et non - observance

Lorsqu'un patient cesse de prendre ses médicaments, c'est de la non-obéissance ou non-observance. Cela ne concerne pas uniquement les personnes souffrant de trouble bipolaire.

En fait, les personnes apprenant qu'elles doivent prendre des médicaments pendant une longue période passent souvent une étape où elles veulent tout simplement arrêter. Ceux qui souffrent d'épilepsie, d'hypertension ou d'asthme font souvent face à ce sentiment de vouloir arrêter les médicaments.

Une chose que vous devez comprendre, c'est que vous n'avez pas besoin d'arrêter de prendre tous vos médicaments pour avoir des problèmes. Certains patients cessent uniquement certains d'entre eux ; peut-être parce que certains leurs sont disponibles et d'autres pas. Une non-observance partielle est tout aussi problématique que l'arrêt de tous les médicaments.

Néanmoins, cela ne répond pas à la question de savoir pourquoi cela se produit. Malheureusement, il existe bon nombre de différentes raisons.

 

Vous ne comprenez pas votre maladie

La raison principale est que les patients ne comprennent pas la maladie qu'ils affrontent. En fait, 10 patients sur 14 arrêteront de prendre leurs médicaments parce qu'ils ne réalisent pas combien ils sont importants.

Bon nombre, près de 80%, prendront les médicaments parce que leurs médecins les prescrivent, sans chercher à comprendre. À cause de cela, il est difficile de savoir à quel point ils sont conscients de leurs maladies.

Une des choses les plus importantes que vous pouvez donc faire est de réellement comprendre votre maladie. Si celui que vous aimez souffre de trouble bipolaire, aidez-le à rester informé. Il est essentiel que vous lui fournissiez des informations parce que sans elles, il pourrait ne pas comprendre l'importance de la prise de ces médicaments chaque jour.

 

Dépendance

Si le manque de prise de conscience est la raison la plus commune, la dépendance à l'alcool ou aux drogues en est une autre.

Ceux qui se placent dans cette position courent souvent un grand risque de souffrir de problèmes de santé liés aux médicaments. Souvent, il devient très important pour les patients de faire un choix. Doivent-ils prendre leurs médicaments ou continuer à boire de l'alcool ou à prendre des drogues ?

La décision survient souvent lorsque le psychiatre déclare au patient qu'il ne peut pas prendre ses médicaments et boire en même temps. Cela, en soi, est une mixture très nuisible. Mélanger alcool ou autres drogues avec vos médicaments peut provoquer de graves problèmes de santé.

Au lieu de décider de ne pas boire ou de ne pas consommer de drogue, l'addiction dont souffrent les patients bipolaires fait qu'ils arrêtent les médicaments.

Pour cette raison, il est essentiel que les patients combinent traitement médical et traitement de l'addiction afin d'arrêter ce type de situation pouvant mener à une grave crise de santé.

 

Ils n'aiment pas les médecins

Une autre raison pour laquelle les patients bipolaires cessent de prendre leurs médicaments est simplement parce qu'ils n'aiment pas leurs médecins. Même si ça fait partie des raisons pour lesquelles vous n'allez pas chez le médecin, vous ne devez jamais arrêter de prendre vos médicaments pour si peu. Si vous n'aimez pas votre médecin ou votre psychiatre, cherchez- en un autre. La chose est simple et le résultat final est que vous bénéficiez des soins dont vous avez besoin.

 

Les terribles effets secondaires

Certains pensent que les effets secondaires des médicaments sont la raison pour laquelle tant de personnes arrêtent de suivre leurs traitements. Mais les études ont montré que le nombre des personnes qui arrêtent pour cette raison n'est pas aussi important que le nombre des personnes qui arrêtent pour manque de compréhension de la maladie. Néanmoins, 10% des patients arrêtent de prendre leur médication en raison des effets secondaires associés.

Le problème ici n'est pas que le médicament soit trop agressif. Non plus que le médicament ne soit pas le bon. Le problème est que le dosage n'est peut-être pas le bon. Une dose trop forte ou trop faible peut mener à bon nombre d'effets secondaires. En travaillant avec votre médecin, vous pouvez trouver le bon dosage.

Il est commun d'entendre dire que les médicaments prescrits au début du traitement, appelés neuroleptiques de première génération, causent plus souvent des effets secondaires que les médicaments de remplacement, quand les premiers ne sont pas adaptés aux patients.

Certains médecins changeront la médication que vous prenez s'ils déterminent que les effets secondaires sont trop sévères.

Si vous parlez avec votre médecin, vous pouvez facilement découvrir la médication adéquate pour vos besoins et avec des effets secondaires d'une intensité acceptable. En travaillant pendant les premiers mois, vous trouverez la médication appropriée à votre cas.

 

Quelles autres solutions sont disponibles ?

Il existe beaucoup d'autres raisons pour lesquelles les gens arrêtent de suivre leurs traitements. Ceux qui ne voient pas d'amélioration rapide de leurs symptômes ne les prennent pas assez longtemps pour bénéficier de leurs bienfaits. Certains médicaments n'agissent qu'après plusieurs semaines.

Ceux qui souffrent de dépression, même par périodes, font souvent face à ce problème. Ils ne veulent pas prendre les médicaments en raison de ce facteur. Ceux qui affrontent une dépression, quelque soit son intensité, doivent toujours avoir quelqu'un pour leur rappeler de prendre leurs médicaments pour leur propre bien-être.

D'autres ne prennent pas leurs médicaments parce qu'ils ne les ont pas. Sans aucun doute, certains médicaments coûtent chers et lorsque vous ne pouvez pas vous les procurer, vous ne les prenez pas. Ce problème doit être résolu, parlez-en à votre médecin, il vous indiquera où obtenir de l'aide financière.

Finalement, certains patients ne prennent pas leurs médicaments simplement parce qu'ils apprécient d'être dans cette phase maniaque. Mais cette étape n'est qu'une étape et vous vous placez toujours face au risque des maladies liées !

 

Chapitre 5 : Apprendre à faire face au trouble bipolaire

Un des messages les plus importants que vous devez tirer de ce guide est le fait que vous pouvez améliorer votre condition si vous effectuez des changements dans votre style de vie. Vous pouvez apprendre à faire face au trouble bipolaire.

Peut-être lisez-vous ceci en pensant que vous ne voulez pas gérer votre trouble. Mais vous venez de lire des raisons pour lesquelles vous pensez ainsi. Maintenant que vous réalisez cela, prenez le temps de réfléchir aux changements qui pourraient survenir dans votre vie pour en améliorer la qualité.

N'essayez pas de réaliser tous ces changements aujourd'hui. Offrez-vous du temps et de la patience pour les aborder un à un. Agir ainsi vous donnera plus de capacités pour réellement faire face avec succès au trouble bipolaire.

Dans ce chapitre, nous allons parler de manières simples d'améliorer votre qualité de vie en apprenant des techniques d'accommodation. Prenez-les une à une, mais essayez de toutes les faire entrer dans votre style de vie.

 

La manière dont vous dormez

Croyez-le ou non, la manière dont vous dormez joue un rôle significatif au niveau de votre condition bipolaire. Il est important de se souvenir que lorsque vous dormez normalement, des changements chimiques s'opèrent dans le cerveau et sont bénéfiques pour votre maladie.

Pour améliorer votre état, dormez assez longtemps chaque nuit, mais faites-le en allant vous coucher à la même heure chaque soir et en vous levant à la même heure chaque matin. Créez une habitude qui améliorera les symptômes bipolaires.

Si vous devez dormir en journée en raison de votre travail, vous devez, lorsque vous ne travaillez pas, essayer de suivre un emploi du temps respectant les mêmes horaires de sommeil. C'est essentiel pour vos compétences d'accommodation. Cela donne également à votre esprit le temps nécessaire pour se purifier et se réveiller rafraîchi.

En fait, lorsque vous devez réaliser un changement drastique de vos habitudes de sommeil, tel que vous adapter à un nouveau fuseau horaire, demandez à votre médecin quelle est la meilleure manière de le faire sans provoquer trop de problèmes.

 

Surveillez vos médications

Nous avons beaucoup parlé de la prise des médicaments qui vous sont nécessaires et pourquoi. Mais vous pouvez aussi apprendre à faire face au processus afin de connaître une réussite plus grande.

Prenez vos médicaments même lorsque vous vous sentez très bien. Prenez ce que vous demande votre médecin même lorsque vous n'avez pas de symptômes. Si vous vous sentez en pleine forme, c'est parce que vos médicaments fonctionnent ! En arrêtant de les prendre, vous permettez aux symptômes de revenir.

Pour rendre le processus de médication aisé, planifiez votre emploi du temps. Par exemple, lorsque vous vous réveillez le matin, prenez votre petit-déjeuner et vos pilules matinales. Si vous prenez une seconde pilule dans la journée, faites-le après le diner. Associer les médicaments aux repas vous permet de ne pas les oublier. Si vous prenez plus d'une pilule et qu'il est facile de vous embrouiller, procurez-vous un organisateur de pilules et utilisez-le pour doser vos médicaments. Les organisateurs de pilules permettant de préparer une semaine ou même un mois à l'avance sont d'excellents outils pour ne pas oublier et ne pas s'embrouiller.

Une autre chose importante à se souvenir est que les médicaments ne se mélangent pas bien. Si vous attrapez un rhume, consultez votre médecin pour savoir quels médicaments vous pouvez prendre. Vous ne devez jamais les mélanger avec quelconque type d'alcool ou autres drogues. Si un autre médecin vous prescrit des médicaments, n'y touchez pas avant d'être totalement certain qu'il est conscient des médicaments que vous prenez pour le trouble bipolaire. Quand les médicaments sont mélangés, ils peuvent interagir l'un avec l'autre et même créer des problèmes très graves.

 

Conservez un niveau d'activité stable

Une partie importante de la gestion du trouble bipolaire consiste à organiser et réguler complètement votre vie, de la meilleure manière possible. Pour ceux qui sont habitués à travailler très dur quotidiennement, cela peut signifier revenir à un niveau normal d'activité.

Peu importe ce que vous faites, en régulant la quantité de ce que vous réalisez au quotidien, vous aidez également à calmer les produits chimiques de votre cerveau et par conséquent, vous évitez les symptômes qui apparaissent parfois lorsque vous courrez frénétiquement toute une journée et que vous ne faites rien d'autre que regarder la télévision le jour suivant !

 

N'utilisez ni drogues ni alcool

La tentation d'utiliser des drogues et de l'alcool est très forte chez de nombreuses personnes. Lorsque vous faites face aux symptômes du trouble bipolaire, vous pouvez ressentir le besoin de vous détendre. Vous tourner vers les drogues ou l'alcool peut donc être une énorme tentation. Les sautes d'humeur pourraient sembler s'atténuer lorsque vous êtes intoxiqué, mais le mélange des médicaments avec ces substances peut être fatal. Certains consommeront alcool et drogues pour s'aider à dormir. Le problème est que cela aggrave le problème.

La consommation d'alcool, de caféine et autres médicament sans ordonnance peut s'avérer mortelle et créer assez de problèmes médicaux pour vous conduire à une hospitalisation. C'est spécialement vrai pour les médicaments sans ordonnance contre les rhumes ou les allergies. Vérifiez toujours avec votre médecin avant de les utiliser.

En plus de cela, réalisez que ces médicaments sans ordonnance peuvent déclencher des sautes d'humeur, même lorsque vous prenez votre médication.

Ils peuvent interférer avec vos habitudes de sommeil, vous faire perdre votre appétit et placer votre corps en situation vulnérable. Si vous tombez malade, demandez à votre médecin quels sont les meilleurs traitements.

La caféine offre le même type de déclencheur et vous empêche de dormir. Si vous avez vraiment besoin de votre café le matin, vous devriez opter pour le décaféiné. Même une toute petite quantité de ce type de produit au quotidien sera assez pour limiter l'efficacité de vos médicaments.

Ne buvez pas d'alcool • Ne consommez pas de drogues illicites • Réduisez au maximum la consommation de caféine contenue dans les produits tels que les sodas, le café et le chocolat. • Demandez à votre médecin quels médicaments sans ordonnance vous pouvez utiliser en même temps que votre

prescription actuelle et quels sont ceux qui ne créeront pas de problèmes de sautes d'humeur et de perte de sommeil.

S'en tenir à ces quatre points peut drastiquement améliorer votre qualité de vie. Même si cela peut sembler difficile, vous savez que le bénéfice de ne pas avoir à faire face aux sautes d'humeurs compte bien plus.

 

Soutien

Obtenir le soutien de votre famille est vital. Beaucoup de patients bipolaires aiment à penser qu'ils peuvent tout faire seuls. Mais, comme nous l'avons déjà dit, c'est extrêmement difficile. La plupart du temps, vous ne réaliserez pas à quel point vos sautes d'humeur sont sévères. Vous pourriez ne pas réaliser que vous agressez violemment un être aimé sans aucune raison.

La première étape est de dire à ceux que vous aimez que vous souffrez de trouble bipolaire. Aussi difficile que cela paraît, ceux qui vous sont proches peuvent être votre filet de sécurité. Ils peuvent vous aider à réaliser ce qui vous arrive et la manière dont vous vous comportez. Une personne qui vous soutient vous aidera et sera à vos côtés tout au long de ce défi.

La deuxième étape est de réaliser que vous n'êtes pas le seul à souffrir. Les patients bipolaires se déchaînent souvent sur ceux qu'ils aiment. Votre famille doit également gérer vos sautes d'humeurs qui peuvent être très sévères. Même si vous sentez que vous ne pouvez pas y faire grand-chose, aider ceux que vous aimez à s'éduquer et s'informer au sujet de votre maladie réduira le stress.

S'ils savent de quoi vous souffrez, ils peuvent vous aider. S'ils ne le savent pas, ils ne comprennent pas pourquoi vous faites ce que vous faites. Cela mène à un stress familial et à des situations

douloureuses. Sans compréhension de ce qui se passe, votre famille ne peut tout simplement pas vous soutenir.

En plus de chercher à comprendre les effets que le trouble bipolaire a sur vous, vous devriez également rechercher l'aide nécessaire d'un thérapeute familial. Même une famille où il n'y a pas de gros conflits aura besoin de l'aide et du soutien d'un thérapeute. Le trouble bipolaire cause des traumatismes dans les familles et avoir cette aide supplémentaire est un énorme plus sur le chemin de la compréhension et de la tolérance.

Au final, lorsqu'une famille informée peut supporter la personne qui souffre de trouble bipolaire, cette dernière peut faire tout son possible pour s'améliorer. La famille peut fournir un soutien lorsque les sautes d'humeur cessent.

Elle peut vous aider à rester, vous et votre médecin, informés de la manière dont vous réagissez aux situations lors de vos sautes d'humeur et à votre médication. Cela aide à construire une situation propice à la réussite pour le patient.

L'unité familiale est un outil dont tous les patients bipolaires ont besoin. Pourtant, souvent, vous ressentirez le désir de simplement courir vous cacher. Vous pourriez vous sentir seul. Dépasser ce sentiment mènera au succès.

 

Réduction du stress

Rien qu'en lisant le titre de cette section, vous vous dites que vous en êtes incapable. Vous savez que le stress tue beaucoup de personnes, pas seulement ceux qui souffrent de trouble bipolaire. Il est donc essentiel que vous regardiez votre vie et identifiez ces moments où le stress a mené à des sautes d'humeur ou même à des comportements hors de contrôle qui vous ont fait courir des risques.

Considérez ceci. Si vous poussez vos limites, au travail, afin d'être celui qui en fait le plus, qu'accomplissez-vous ? Vous causerez probablement l'apparition de nombreux symptômes du trouble bipolaire, spécifiquement les sautes d'humeur. Lorsque cela survient, vous vous mettez dans une position où vous n'êtes pas capable de travailler, ou même pire, de mettre votre poste en péril.

Par conséquent, au final, vous ne bénéficiez absolument pas de ce dur travail, mais au contraire, vous en tirez moins de bénéfices et vous baissez le niveau de productivité que vous auriez pu avoir.

D'un autre côté, si vous aviez travaillé sur un emploi du temps régulier et réalisé ce que vous auriez dû au sujet de la gestion du stress, vous auriez au final, accompli plus de choses.

Voici quelques astuces pour gérer le stress au travail.

Travailler, autant que possible, aux mêmes heures. Travailler sur un emploi du temps prévisible et régulier vous permet de réduire les sautes d'humeur.

Prenez le repos dont vous avez besoin. Vous devez essayer de vous coucher à la même heure chaque jour. Vous devez être capable de surveiller vos habitudes de sommeil pour réduire les sautes d'humeur.

Lorsque vous souffrez de sautes d'humeur, considérez s'il est bon de travailler ou non. Pour certains, cela peut être en parlant à votre médecin de la façon dont cela affecte votre travail. Au final, vous devez décider si vous tirez ou non bénéfice de la poursuite du travail en tenant bon face à ces sautes d'humeur.

Prenez des vacances. Ceux qui prennent du repos et des vacances améliorent souvent leur santé générale et leur bien-être. En prenant du repos chaque semaine et même des périodes de vacances (ou du repos lorsque vous en avez besoin), vous réduisez vos niveaux de stress et la manière dont votre corps y réagit.

Ne travaillez pas dans des environnements trop stressants. Même si vous pensez que c'est quelque chose que vous ne pouvez pas contrôler, vous devez le faire. Ceux qui souffrent de trouble bipolaire doivent considérer leur santé avant tout. Sautes d'humeur et symptômes maniaques et dépressifs peuvent être aggravés lorsque vous vous placez dans une position où vous devez affronter beaucoup de stress.

Résolvez les problèmes. Si des petites choses qui vous causent de l'inquiétude ou du stress surviennent, traitez-les immédiatement. De petits problèmes deviendront grands et seront moins aisément gérés. En traitant rapidement ces problèmes, vous réduisez le taux de stress qu'ils vous font subir.

Réduire le stress devrait être une des choses les plus importantes pour vous. Ce faisant, vous réduisez le risque des sautes d'humeur liées au stress. Apprenez à repérer les situations stressantes et apprenez à vous en sortir efficacement ! Ça paiera.

 

Surveillez les signes

Croyez-le ou non, apprendre à surveiller les signes de l'apparition de sautes d'humeur peut être un excellent outil pour vous aider à faire face à votre maladie. Les signes d'avertissement précoces peuvent être vus avant de se transformer en sautes d'humeur totales.

Pourquoi devez-vous y faire attention ? Anticiper ces épisodes et les prévenir peut vous apporter de nombreux bénéfices.

Malheureusement, votre médecin ne vous donne qu'une idée de ce qui se passe pendant une saute d'humeur. C'est parce que chacun est unique et cela, en soi, représente déjà un défi. Chaque personne passera différemment et à différents moments des symptômes maniaques à des symptômes dépressifs.

Plus vite vous notez que votre humeur change, plus vite vous pouvez agir pour le prévenir ou, au moins, gérer ce qui arrive.

Que sont les signaux d'avertissements ? Voici quelques choses pouvant représenter une petite saute d'humeur qui, au final, sera l'indice qu'une grosse saute d'humeur se profile au détour du chemin. Apprenez à déceler ces changements d'humeur.

Changements de sommeil. Si vous êtes dans une habitude de sommeil, lorsque vous notez que vous ne pouvez pas dormir ou que vous êtes fatigué après une nuit de repos, cela peut être l'indice d'une saute d'humeur.

Niveau d'énergie. Les fluctuations des niveaux d'énergie sont de forts indicateurs que vous avez une saute d'humeur. Puisque la plupart du temps les manies incluront un accroissement de l'énergie et que les dépressions la baisseront, vous pouvez voir comment cela peut être repéré.

Perte de l'appétit sexuel. Certains patients feront face à des périodes où ils ne voudront aucune sorte d'activité sexuelle. Même s'il est commun d'être intéressé ou non normalement, un changement significatif devrait être noté.

Concentration. Vous allez au travail et faites ce que vous devez. Parfois, vous aurez la sensation d'être incapable de vous concentrer. Cela peut être un signe de changement d'humeur.

Estime de soi. Il est important que les membres de la famille repèrent ces situations. Si vous ou un être aimé détermine que vous êtes hors du coup ou que vous dites des choses négatives à votre propos, cela peut être le signe que les symptômes dépressifs arrivent. Il est essentiel que ces choses soient repérées aussi tôt que possible.

Changements de pensées. Si, sans raison, vous ne semblez pas très optimiste ou si vous pensez beaucoup à la mort, cela peut être un signe que vous subissez une saute d'humeur. Si ces pensées deviennent suicidaires, il est impératif d'obtenir de l'aide aussi tôt que possible.

Changements de votre apparence. Certains patients bipolaires connaîtront des phases où ils ressentiront le besoin de changer leur apparence. Vous pouvez changer la manière dont vous vous coiffez et vous habillez ou le soin apporté à ces tâches. Vous pouvez, soudainement, haïr les choses que vous possédez. Cela peut être le signe d'une saute d'humeur en raison des émotions souvent attachées à cela.

Les signaux d'avertissements précoces peuvent être des outils merveilleux pour vous aider à repérer les troubles avant qu'ils ne surviennent, ou du moins, à réduire le degré de ce qui peut survenir. Mais, un des problèmes ici est que la plupart des gens sont incapables de le repérer eux-mêmes. Ils voient souvent ces signes simplement comme faisant partie de leur vie quotidienne.

Pour cette raison, il est important que les membres de la famille soient capables de repérer ces signes, puis de vous aider à les traverser. En repérant les changements, votre famille peut vous aider à obtenir de l'aide rapidement !

Que faire si vous ressentez certains de ces changements d'humeur ? Vous devez contacter votre médecin pour trouver le soulagement nécessaire.

Cela peut aussi être utile pour repérer les modèles de sautes d'humeur et devenir ainsi un outil de traitement à long terme.

Tenez votre médecin informé

Même si vous n'aimez pas vous rendre chez votre médecin et que vous pensez qu'il n'a jamais rien de bon à vous dire, il est très important de le tenir informé. En lui disant ce qui se passe et ce que vous ressentez, il peut prendre de meilleures décisions.

Vous devriez contacter votre médecin :

Lorsque vous sentez qu'une saute d'humeur est sur le point de survenir.

Lorsque vous croyez connaître la raison d'une saute d'humeur.

Lorsque vos médicaments ne fonctionnent pas de la façon dont vous pensez qu'ils devraient.

Lorsque vous avez n'importe quel type de pensées suicidaires, des sentiments de désespoir ou des difficultés pour traverser la journée sans vous sentir triste.

Lorsque les membres de votre famille vous disent que vous subissez une saute d'humeur et que vous montrez des signes de manie ou de dépression.

Votre médecin peut vous aider à apprendre comment faire face à ces situations. Il peut également prescrire différents médicaments qui peuvent aider à améliorer votre santé et votre bien-être.

En tenant votre médecin informé, vous permettez une surveillance de vos symptômes. Votre médecin peut apprendre les modèles et noter les choses qui déclenchent ces épisodes. Cela peut mener à des bénéfices pour le reste de votre vie, y compris le contournement de ces situations, ce qui mènera à moins d'épisodes au cours de votre vie.

Apprendre comment faire face au trouble bipolaire est un must. En revenant sur votre vie, vous serez en mesure de voir les choses qui peuvent être modifiées et qui au final, amélioreront votre bien-être. Dormez-vous bien ? Mangez-vous bien ? Connaissez- vous les signaux d'avertissement précoces ? Prendre soin dès maintenant de ces changements permettra d'améliorer votre état général.

 

Chapitre 6 : Pourquoi vous devriez envisager les groupes de soutien

 

Tout le monde les déteste et personne n'aime participer à des groupes de soutien. Mais demandez-vous pourquoi. Est-ce trop difficile pour vous ? Détestez-vous admettre que quelque chose ne va pas ? Vous êtes peut-être un de ceux qui combattent le besoin de se trouver entouré de personnes affrontant les mêmes défis que vous.

Le point essentiel est que les groupes de soutien aident et qu'ils améliorent habituellement votre qualité de vie et vous permettent de réaliser contre quoi vous luttez.

Apprendre à faire face au trouble bipolaire n'est pas simple, mais c'est un défi. C'est quelque chose que vous devez apprendre à réaliser. En fait, une des meilleures manières de le faire est de travailler avec d'autres personnes qui sont dans la même situation que vous.

Les groupes de soutien offrent ce type de soin. Quelque chose que vos familles, vos amis ou votre médecin ne peuvent pas vous apporter. Être en relation avec d'autres personnes qui luttent contre les mêmes problèmes que les vôtres vous donne de l'espoir, de la compréhension et même un sentiment de paix.

 

Qui est dans votre groupe de soutien ?

En apprendre plus au sujet des groupes de soutien est extrêmement important. Qui se trouve dans le vôtre dépend de votre famille et de ceux qui se battent pour vous fournir le soin dont vous avez besoin. En ce moment, vous avez probablement une famille qui vous aide à soutenir vos besoins. Vous avez également une équipe de santé vous fournissant l'assistance médicale. Cela inclut tout le monde, de votre médecin de famille au psychiatre à qui vous avez livré votre esprit.

Les amis devraient également faire partie de votre groupe de soutien. Beaucoup ne veulent pas fournir d'informations personnelles, mais ils devraient. Un véritable ami reste derrière vous et vous aide à faire face tout en vous fournissant le soutien dont vous avez besoin à n'importe quel moment de votre vie.

Envisagez de dire à ceux que vous aimez ce qui vous arrive. Cela ne peut vous être que bénéfique. De plus, cela peut aider les gens à comprendre la manière dont vous réagissez et les humeurs que vous affrontez, vous transformant en un meilleur ami.

 

Soutien extérieur

Si avoir votre famille autour de vous améliore votre bien-être et vous offre l'aide nécessaire, vous devriez envisager une aide supplémentaire via les groupes de soutien extérieurs.

Les groupes professionnels de soutien du trouble bipolaire peuvent se trouver dans de nombreux hôpitaux, centres et institutions psychiatriques. Pour trouver le plus proche de chez vous, demandez à votre médecin de vous aiguiller. Il peut exister un groupe adapté à vos besoins spécifiques.

Ces groupes de soutien fournissent une attention professionnelle que vous pouvez guider. Par exemple, plusieurs personnes souffrant du même trouble que le vôtre se réunissent avec un modérateur. En partageant avec les autres les hauts et les bas de vos journées, vous les aidez à améliorer leurs vies autant qu'ils vous aident à améliorer la vôtre.

Le trouble bipolaire est une maladie où l'isolement mène à l'aggravation des symptômes. Un groupe de thérapie vous fournira ce dont vous avez besoin en vous permettant de rencontrer d'autres personnes souffrant des mêmes symptômes. Il est utile de savoir que d'autres font face aux mêmes problèmes que vous et de réaliser que vous n'êtes pas le seul.

Si cela n'est toujours pas suffisant pour vous faire participer à un groupe de soutien, le fait que la majorité de ceux qui y assistent connaissent une réduction de leurs symptômes devrait l'être ! En parlant de vos crises et de vos problèmes, vous allongez le temps entre vos épisodes de sautes d'humeur.

Non seulement vous tirerez des bénéfices des groupes de soutien extérieurs, mais vous en fournirez également aux autres. Personne mieux que vous ne peut comprendre la frustration de ne pas être capable de remarquer vos sautes d'humeur.

Personne ne peut ressentir la frustration de se sentir déprimé sans savoir pourquoi. Et personne ne peut comprendre totalement les problèmes de la prise de médicaments et du simple fait d'avoir à vivre avec le trouble bipolaire pour le reste de la vie.

En utilisant le soutien de votre famille, de vos amis et des groupes de soutien extérieurs, vous pouvez augmenter votre niveau de compréhension et de bénéfices. Le trouble bipolaire peut vous tenir contre votre volonté, mais avec le soutien de sources extérieures, vous pouvez combattre les effets qu'il a sur vous au quotidien et tout au long de votre vie.

 

Chapitre 7 :

Faire face en surveillant les symptômes ou le diagramme des humeurs

 

Surveiller vos symptômes est un moyen de faire face au trouble bipolaire. Nous avons parlé de différentes raisons pour lesquelles il est important de surveiller les signaux précoces. Mais il est également important pour vous de voir comment fonctionne votre traitement.

Pour surveiller votre propre traitement, vous devez faire un diagramme des humeurs. Il existe plusieurs méthodes simples et utiles de le faire. Un diagramme des humeurs vous aide à traquer la manière dont vous vous sentez n'importe quel jour. En conservant la trace de cela, vous pouvez mieux voir les hauts et les bas de votre maladie.

Votre médecin peut vous demander de conserver un diagramme des humeurs spécialement au début de votre traitement. Mais, mieux vaut le poursuivre sur le long terme parce qu'il fournit à vous, votre famille, vos amis et votre médecin, une aide pour repérer les épisodes de changements d'humeur. Lorsque tous les gens de votre entourage peuvent travailler dans le même sens, vous constatez des bénéfices remarquables dans votre vie quotidienne.

 

Qu'est - ce que c'est ?

Un diagramme des humeurs est un simple journal intime. Vous l'utiliserez pour conserver la trace de vos changements d'humeur, vos sentiments quotidiens, les choses que vous faites et la manière dont vous dormez. C'est un outil très efficace lorsqu'il est bien utilisé. Voici quoi inclure dans votre tableau :

1. La manière dont vous vous sentez chaque jour, y compris toute saute d'humeur. Si vous vous réveillez de bonne humeur, notez-le. Si plus tard, quelqu'un vous met en colère, notez-le aussi.

2. Vous devez aussi noter vos activités. Si vous allez travailler, si vous décidez de passer la journée au lit... Être en mesure de garder la trace des choses que vous faites vous aidera à repérer les déclencheurs et l'apparition de sautes d'humeur sévères.

3. Les habitudes de sommeil sont très importantes. Vous devez traquer les changements qui surviennent dans votre sommeil parce qu'ils déclencheront des différences dans votre bien-être général.

4. Les médicaments et les effets secondaires devraient aussi être considérés au quotidien. Si vous prenez un médicament et que dans l'heure qui suit, vous sentez que vous avez besoin d'une sieste, cela doit être noté. Il est très important de se souvenir d'inclure les changements de votre réponse générale. Si vous commencez à avoir de nouveaux effets secondaires ou si certains s'aggravent, cela doit être noté et considéré.

5. Les changements et les événements de vie qui sont significatifs doivent être notés. Parfois, le décès d'un être aimé ou le stress au travail peut mener à de sévères changements d'humeur.

 

La plupart des jours, vous enregistrerez un jour normal. Souvent, vous n'aurez pas beaucoup de détails à incorporer dans votre tableau. Mais parfois, vous pouvez avoir besoin d'inclure de nombreux détails.

Il existe de nombreux diagrammes différents qui peuvent s'avérer meilleur pour vous. Demandez conseil à votre médecin. Il vous indiquera la meilleure façon d'enregistrer vos notes pour gérer vos sautes d'humeur de la meilleure manière possible.

Si vous ne voulez pas faire cela sur papier, vous pouvez créer un journal virtuel sur votre ordinateur. Pour vous souvenir des choses importantes, prenez l'habitude de le remplir quotidiennement au même moment, par exemple après les repas. N'oubliez pas ! Vous serez récompensé en trouvant les réponses dont vous avez besoin pour gérer votre vie quotidienne.

 

 lien: https://www.youtube.com/watch?v=sPQlDPjbaII#t=183

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0
0633813535

consultation :