Sagesse ^ lois de la Nature = Liberté

Nous sommes tous affectés, à divers degrés, par quelque chose qui nous empêche de diriger notre vie.Aussi faut il Agir en fonction des prises de Consciences avec la sagesse (méthode) des Lois de la Nature (cosmique) .

 

1. La Sagesse ou la méthode

 

LA MAÎTRISE

Pour arriver à maîtriser sa vie, on dit d’abord arriver à se maîtriser soi-même. Il existe une multitude de moyens pour arriver à reprendre le gouvernail  mais pour y arriver on doit d’abord prendre conscience qu’il y a quelque chose qui tourne pas rond, qu’il y a problématique et que ce n’est pas en l’ignorant ou en remettant à plus tard que la situation s’améliorera  d’elle-même. Pour devenir le conducteur de sa vie il faut commencer par admettre que c’est nous qui en sommes les responsables, arrêter de se plaindre, de  jouer le rôle de  la victime et prendre ses responsabilités et les moyens nécessaires pour  devenir l’acteur principale car au fond c’est nous qui sommes les gouvernants. Par contre nous refusons trop souvent  d’assumer notre rôle à cause de tout ce que ça implique;

  • La responsabilisation

  • L’ effort

  • La discipline

  • Sortir de sa zone de confort

Imaginons-nous un peu sur une belle route (la vie) par une belle journée ensoleillée (attitude) au volant (nous conducteur) d’une voiture à laquelle on rêve depuis longtemps (notre corps en santé, vie épanouie). Si nous passons la majorité de notre temps à contourner les crevasses et petits trous (défis de la vie) dans l’asphalte de peur de perdre le contrôle (émotions), on aura tôt fait de se retrouver à côté de la route (vie), (maladies, déprime, dépression)

 

L’ATTITUDE( la direction)

L’attitude positive prendra indéniablement la première position dans les outils  qui combleront  notre coffre. L’attitude est si importante que c’est elle qui donnera la direction à nos démarches pour s’en sortir, c’est elle qui viendra installer les balises pour nous indiquer la route à suivre. Si nous prenons dès le départ la décision de percevoir plus positivement les expériences de la vie en cherchant la leçon à retenir plutôt que le pourquoi c’est arrivé, on aura déjà la moitié du chemin de parcouru.

 

LA RESPONSABILISATION( les obstacles)

Quitter le rôle de la victime. S’attribuer la responsabilité de ce qui nous arrive est selon moi l’étape la plus difficile à dépasser. Je parlerai ici plutôt de la responsabilité dans la façon de percevoir les événements au quotidien  (je ne parle pas de blessures plus profondes, c’est tout autre chose). Nous pouvons toujours décider de la façon d’accueillir une situation donnée; relation difficile, perte d’emploi, accident, etc…  Nous pouvons nous dire que cette situation est triste, difficile,  qu’on aurait  préféré qu’il en soit autrement  etc… , nous sera plus avantageux côté émotions que  le fait de qualifier l’épreuve de façon démesurée;« c’est effrayant, je m’en remettrai jamais, c’est terrible ce qui m’arrive ou ce qui lui arrive » etc… n’aidera en rien à amoindrir le coup; ce qui est arrivé est arrivé, c’est tout. Un événement c’est neutre, ça arrive, simplement, ça fait parti de la vie, et on ne peut rien y changer sauf par contre,  la façon de le percevoir et de cela nous sommes responsables. Essayer de trouver un sens à l’événement (en se disant que c’est peut-être pour quelque chose de mieux que la vie en a décidé ainsi) nous aidera à dédramatiser la situation et ainsi nous laissera la lucidité nécessaire pour envisager la façon d’y remédier.

 

L’EFFORT (le carburant)

Je ne serais pas honnête si je vous disais que tout est tellement facile. C’est sur qu’il faut s’attendre à déployer certains efforts parce qu’on entre dans un mode de vie qui nous est totalement inconnu jusqu’à maintenant. Nous aurons un travail ardu  à effectuer sur nos pensées, mais le jeu en vaut vraiment la chandelle. En empruntant ce chemin, nos émotions en bénéficieront positivement et notre santé s’améliorera. Nous deviendrons de plus en  plus conscient de la façon que l’on fonctionne et de nos réactions face à la vie.  Nous aurons vraiment le sentiment d’être en plein contrôle de la situation et alors là, nous saurons que c’est vraiment nous qui sommes au volant de notre vie.

 

LA DISCIPLINE (rester vigilant)

Pratiquer, pratiquer, pratiquer. C’est la clé pour arriver à bon port. Au début est plus difficile de s’adapter à  une certaine discipline mais en cour de route cela devient une habitude (21 jours, c’est pas si terrible) et devient notre nouveau mode de vie. Selon des constatations, en général notre psyché prendrait environ 21 jours pour adopter un nouveau comportement. Moi, quand j’ai pris la décision de me prendre en main, ma façon d’être en cohérence avec ma décision et ma motivation à la respecter à été de rajouter directement dans un agenda des périodes consacrées à ma croissance personnelle.  Matin et soir, 10 minutes de méditation (c’est pas exagéré, qui n’a pas dix minutes de libre?) Une heure de lecture qui nourrit (croissance personnelle, spiritualité) en soirée au lieu de regarder la télé (ça aussi ça entre bien dans un horaire). Pour débuter c’est déjà pas mal et ensuite on s’habitue progressivement à cette nouvelle façon de passer du bon temps et on en appréciera  les bienfaits à plus long terme. Graduellement, on ajoutera ce qui nous plaît à notre propre rythme car on apprendra à mieux se connaître et on pourra décider consciemment de ce qui nous convient le mieux. On pourra ainsi personnaliser nos occupations selon nos préférences.

 

SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT ( GPS)

Il est normal au début de ressentir une résistance, c’est parce qu’on demande à l’égo de sortir de sa zone de confort et lui,  il n’aime pas vraiment essayer de nouvelles choses. C’est la peur du changement, peur de l’inconnu qui nous fait réagir ainsi en essayant de nous faire accroire que :

  • ça vaut pas la peine je suis faite comme ça.

  • pourquoi je m’imposerais ça? Je suis bien comme ça.

  • c’est trop difficile, j’y arriverai pas.

  •  Je sais pas par où commencer.

  • Je sais pas comment faire.

Ce sont toutes des expressions inspirées par notre mental pour nous décourager d’entreprendre la route qui nous mènera vers le mieux-être. Il est in sécurisant ce chemin mais du moment où l’emprunte, on y rencontre tellement de choses merveilleuse qu’on a plus envie de revenir sur nos pas. Pas une seule fois.

Quand on prend la décision de changer pour le meilleur, la vie conspire à notre avantage et nous fourni toutes sortes d’occasions et d’aide extérieure pour nous permettre de mettre en œuvre notre décision. Elle nous fourni le GPS dont nous aurons besoin pour rester à l’intérieur de nos balises et garder la route. Sortir de sa zone de confort c’est apprendre à faire confiance; à nous et à la vie.

Alors relevons nous les manches et embarquons dès maintenant avec  notre coffre à outils et partons à l’aventure de la plus belle et la plus grande découverte que l’on puisse faire  de toute notre vie :  NOUS

« Nous allons essayer de vous parler de la conscience de l’esprit et de la matière. Tout cela est encore un peu confus en vous car vous n’arrivez pas à bien cerner comment vous situer par rapport aux notions d’esprit, de conscience, de conscience de la matière, de conscience de l’âme et de conscience de l’esprit.

Votre corps de matière est également un corps d’énergie. Ce corps de matière, comme vous le savez, a une conscience. Ensuite vous avez la conscience de l’âme, qui est également une conscience d’énergie, mais totalement différente de la conscience du Divin.

Parlez à votre corps, ayez réellement conscience de ce qu’il est, aimez-le, remerciez toutes les parties de votre corps qui vous permettent de vivre et d’être heureux, de découvrir les merveilles, d’être créatif, remerciez vos mains qui peuvent créer des choses merveilleuses, car elles le font grâce à la conscience de la matière et en accord avec la conscience spirituelle, donc la conscience de l’âme.

Puisque vous pouvez créer des choses absolument merveilleuses, que ce soit dans la musique, la sculpture, le dessin, avec la fusion momentanée de la conscience spirituelle de la conscience de l’âme et de la conscience de la matière, (celle du corps), il pourrait en être totalement de même lorsque vous voulez réharmoniser une partie de votre corps. Le seul problème, c’est que les êtres humains sont trop impatients, qu’ils ont l’impression de solliciter la partie Divine, l’âme bien évidemment, puisque tout passe par l’âme avant d’aller jusqu’au corps, et ils ont l’impression que s’ils sollicitent leur partie divine une fois ou deux, le résultat sera atteint. Souvent, il faut la solliciter plusieurs fois avant que le contact ait lieu entre la demande sincère faite avec une confiance absolue et le résultat de cette demande.

La conscience de l’âme est très profondément liée à la conscience de la matière, à la conscience de votre corps humain. S’il n’en était pas ainsi, votre corps n’aurait pas l’énergie qu’il a et ne pourrait pas faire tout ce qu’il fait. Vous êtes vous posé la question : qui me donne la chaleur ? Qui régule toutes les fonctions vitales de mon corps ? Bien sûr, c’est la conscience du corps, mais en liaison permanente avec la conscience de l’âme !

Vous allez le comprendre très vite : lorsque l’âme quitte le corps, celui-ci ne peut plus continuer à vivre ; alors, puisque la conscience de l’âme a une telle importance sur votre corps, essayez de l’utiliser lorsque votre corps est en demande. Souvent, lorsque vous ressentez des douleurs dans un endroit ou dans un autre, c’est toujours en raison d’un blocage d’énergies, c’est-à-dire que des énergies en dualité, des énergies créées par une souffrance qui n’est pas forcément souffrance physique, une souffrance créée par votre mental, par un refus, par une lassitude, par un manque d’amour ou des frustrations.

Toutes les pensées créées par le mental, qui est totalement au service de la conscience humaine et qui gère aussi la conscience humaine, ont une réalité dans votre corps, et elles créent une réalité (souvent des dysharmonies) dans celui-ci. Lorsque nous disons « créent une réalité », nous voulons dire qu’elles créent des désagréments, car il y a somatisation. Tout ce que vous pensez, toute la souffrance que vous créez et va parfois s’imprégner dans votre âme. »

Ils me montrent une image : la conscience humaine est représentée par une boule d’énergie qui prend mille et une couleurs, parfois des couleurs merveilleuses, parfois des couleurs beaucoup plus sombres. Il y a comme un tunnel qui la relie à une autre boule d’énergie, souvent d’une merveilleuse couleur, et avec une immense puissance, mais qui n’est pas utilisée. Ce tunnel réunit ces deux boules d’énergies qui sont les deux premières consciences. Il y a une troisième boule d’énergie, celle de notre conscience divine, encore beaucoup plus lumineuse et beaucoup plus puissante, qui est elle aussi relié aux deux autres par ce tunnel.

 « Si nous vous expliquons les différentes consciences de cette façon, c’est pour que ce soit plus compréhensible et que vous puissiez comprendre ce que peuvent représenter la conscience Divine, la conscience spirituelle et la conscience du corps, la conscience humaine.

Donc lorsque la conscience de l’être humain, alimentée par le mental, par les pensées créatrices plus ou moins inférieures ou positives, le passage entre la conscience de l’humain et la conscience de l’âme se fait dans les deux sens. D’une certaine façon vous pouvez donc imprégner votre âme de tout ce que vous vivez au travers de votre corps, de toutes vos souffrances, de toutes vos pensées inférieures.

A partir du moment où vous commencez à comprendre le fonctionnement entre vos différents niveaux, il est nécessaire que vous soyez beaucoup plus vigilants. En visualisant ces deux sphères et le tunnel qui les relie, vous pouvez demander à votre âme la force de réharmoniser les parties de votre corps qui vous occasionnent des difficultés, qui vous font souffrir.

Essayez d’imaginer l’énergie venant du Divin qui alimente votre âme, et demandez à votre âme, à votre conscience spirituelle, de vous donner tout ce qui est nécessaire pour le bon fonctionnement de votre corps et pour annihiler et transcender toutes les parties d’énergie en dualité dans ce corps. Elle vous aidera, mais il faut savoir formuler les demandes. Si vous n’avez pas de résultat, c’est que la demande n’est pas correctement formulée. Dans la formulation des demandes faites par la pensée, il peut toujours subsister un petit doute. Même si vous ne formulez pas ce doute au travers de la parole, il peut s’insinuer dans votre pensée.

Si à la première demande vous n’avez pas de résultat, recommencez une première fois, une deuxième fois, une troisième fois et jusqu’à ce que l’ouverture se fasse entre les sas, que l’énergie venant de l’âme pénètre à flots au travers de ce tunnel et inonde votre conscience humaine et votre corps humain.

Votre conscience humaine pourrait davantage tenir compte de ce qu’est réellement votre corps de matière. Vous avez trop tendance à dire : j’ai mal ici, j’ai mal là, et vous n’avez pas le réflexe de demander à votre âme : peux-tu me donner un petit coup de main pour que je n’aie plus mal, pour que tout soit ré harmonisé ?

Il est plus facile pour vous d’avoir des pensées involutives que d’imprimer en vous des pensées de force, des pensées d’harmonie, des pensées de santé parfaite.

Vous n’en êtes pas réellement coupable car vous subissez tout ce qui vous a été inculqué depuis votre naissance et tout ce qu’on a inculqué à vos parents, à vos grands parents depuis leur naissance respective. Vous subissez une certaine éducation, et lorsque nous vous disons, nous vos Frères de Lumière, qu’il faut essayer d’apprendre à désapprendre tout ce que vous avez appris, cela veut dire qu’il faut que vous arriviez à comprendre la façon dont vous fonctionnez et non la façon dont la médecine ou l’étude de votre corps vous l’expliquent.

Vous n’avez qu’une toute petite expérience de votre corps ; vous, humains, vous voyez la matière, vous essayez de réparer la matière (plus ou moins bien d’ailleurs) et vous oubliez les paramètres essentiels.

Nous allons vous donner un exemple très simple : lorsque vous vous cognez, lorsque vous chutez, vous créez automatiquement un blocage d’énergie, parce que l’énergie de souffrance empêche l’énergie normale de circuler librement. Lorsque vous vous cognez, lorsque vous tombez ou que vous avez un hématome quelconque, lorsque vous vous brisez un os, vous devriez faire sur vous-même un travail d’énergie : visualisez l’énergie de la couleur de la lumière qui circule librement ; faites-le plusieurs fois et vous sentirez que la douleur s’en va petit à petit. Il y a la douleur de l’hématome physique et il y a aussi la douleur de l’énergie.

A partir du moment où vous comprendrez le pouvoir de la pensée et celui de votre âme sur votre corps, vous arriverez à annihiler totalement un hématome, à régénérer complètement la partie de votre corps en souffrance, et même consolider totalement vos os ; lorsque vous serez habitués à faire ce travail, vous n’aurez pas besoin d’opération, vous visualiserez l’endroit avec une grande netteté et vous ferez le travail pour ressouder vos os.

L’énergie de reconstruction vient de la conscience spirituelle, du pouvoir de régénération de votre âme. Pensez aux trois sphères, c’est simple mais cela vous aidera peut-être à mieux comprendre, et, de ce fait, à mieux travailler sur votre corps et à mieux le comprendre.

N’oubliez pas, lorsqu’une partie de votre corps vous fait souffrir, de solliciter l’énergie de votre âme, d’ouvrir le passage, le sas qui vous conduit au travers du tunnel vers votre âme. Quand vous sollicitez l’énergie de votre âme, le sas entre l’âme, le petit tunnel et la partie Divine s’ouvre automatiquement pour alimenter votre âme parce que la partie Divine ne laissera jamais l’âme sans l’énergie qui lui est nécessaire. »

Ils me montrent (et c’est très beau), des symboles, des images très représentatives et très importantes. Je vois la première sphère extrêmement lumineuse, extraordinairement belle et d’une grande puissance. Ce sas et ce petit tunnel la relient à l’autre sphère qu’elle nourrit en permanence, elle aussi très brillante, et la troisième sphère qui est la sphère de votre corps, de votre conscience humaine.

« En définitive, c’est cette dernière qui a le plus besoin de cette énergie parce qu’elle s’épuise. Votre âme peut ressentir la souffrance de votre corps et celle que vous générerez au travers de vos pensées, au travers de vos refus d’expérimenter.

Alors, dans n’importe quelle circonstance, essayez de solliciter l’énergie qui vous est nécessaire, non seulement pour restaurer votre corps mais aussi pour le réparer si cela est nécessaire.

Pourquoi parlons-nous de cela? Parce que nous savons que vous êtes capable de comprendre, et nous savons également que dans un temps relativement très court vous aurez besoin de vous régénérer, de vous ré harmoniser vous-même.

Lorsque vous serez suffisamment fort dans ce domaine, vous pourrez considérablement aider les autres. Comment pouvoir aider les autres ? Tout simplement, lorsque vous serez prêt, en parlant à la conscience humaine de l’autre et en lui demandant de bien vouloir ouvrir le passage, le sas, le tunnel qui la mène à son âme, à sa conscience spirituelle, afin que cette âme, cette conscience spirituelle puisse accomplir des miracles sur son corps. Ce sera comme si vous parliez télépathiquement à la personne que vous désirerez aider.

En plus, ce que vous pourrez faire (parce que tout le monde peut le faire et tout le monde devra le faire), c’est projeter beaucoup d’Amour Lumière. Cela permettra à la personne d’avoir beaucoup plus de facilité à prendre instinctivement conscience de son âme.

C’est un sujet que nous n’avions pas abordé de cette façon mais pensez-y. Nous avons essayé d’employer des images très simples afin que pour vous ce soit plus facile à comprendre et à mettre en application. » 

 

 

2. Lois de la Nature ou cosmique

 

Comme l’enseigne la «Table d’Émeraude», une œuvre apparemment écrite par Hermès Trismégiste, un nom fictif qui voile Thot, le Dieu d’Ancienne Égypte, toute philosophie et toute théologie devraient se fonder sur sept Lois cosmiques fondamentales.  Et ces Lois divines devraient être enseignées à tous les êtres humains et ceux-ci devraient s’engager à les appliquer dans leur vie quotidienne, du fait qu’elles détiennent une validité dans toute la Création, sur tous les plans de la Conscience cosmique.  Il s’agit de Lois éternelles et immuables que seules peuvent transcender les lois de l’Amour inconditionnel et de la Grâce divine.

À part la «Table d’Émeraude» d’Hermès Trismégiste (un surnom de Mercure), c’est la «Cabale» qui évoque le mieux l’incidence des Lois cosmiques.  Elle stipule qu’il existe Sept Principes fondamentaux et que celui qui les comprend parfaitement détient la Clé magique qui, au seul contact, amène toutes les Portes du Temple cosmique à s’ouvrir.  Il s’agit de la Loi de l’Univers, une Loi qui n’est pas écrite, mais qui est connue sous le nom des «Sept Principes hermétiques», et qui constitue le passe-partout de l’Arcane immémorial de la Sagesse.  Elle représente la perception illuminée de la Conscience cosmique au-delà de l’espace, du temps et du monde matériel de la force et de la forme.  L’esprit de l’être humain tire son existence uniquement de l’Esprit universel et cosmique du Tout et il est contraint de se conformer aux grandes lignes des principes mentaux fermement établis, s’il entend fonctionner de manière appropriée et efficace.  La Loi cosmique gère les forces puissantes et les cycles impérieux de la Nature et elle sous-tend la production des Principes qui gouvernent toute la Nature environnante, le Mental humain avec son comportement et les conséquences qui s’en suivent et auxquelles il ne peut échapper.

Les Sept Principes de la Loi cosmique sont universels de par leur nature.  L’esprit attentif qui observe bien le Grand Plan physique peut constater le comportement de l’énergie électrique, de la lumière, de la gravité, de l’attraction et de la répulsion des particules atomiques et il peut établir des normes mathématiques d’une grande précision s’il les connaît à fond.  Dans le Grand Plan mental, les Sept Principes manifestent, règlent et gouvernent le système majeur des sept chakras du corps au niveau de l’usage efficace de l’air, de l’eau, des aliments et de la distribution adéquate de l’énergie à travers tout le corps et il régit également le processus supérieur ou divin de l’évolution humaine qui est naturellement porté à élever sa conscience.  La maladie résulte d’une interférence de ce processus subconscient lorsque le Mental entretient des fausses idées.  Les organes d’un corps montrent des carences et dégénèrent parce qu’ils sont incapables d’utiliser l’énergie correctement.  Ce que les savants appellent le stress représente un bon exemple de ces «interférences» ou de ces éléments perturbateurs.  Dans la même veine, on peut dire que les Sept Principes président à la manifestation du genre, donc à l’aspect masculin et féminin, avec le comportement sexuel, avec toutes ses modalités et ses nuances.

 

Première loi de l'Esprit :

 

Accepter et admettre que tout ce qui existe est parfait en soi, et qui est nécessaire à la compréhension de ma vie et de celle des autres.Il faut comprendre et non juger.

Elle stipule que le Tout est Esprit et que l’Univers est un Système mental, dans lequel tout est spirituel.  L’Esprit créateur, qui détient tous les attributs à l’infini, donc sans restrictions ni limites, est la Source de la Vie.  L’Esprit (qu’on peut appeler le Mental cosmique ou l’Intelligence suprême) préside au-delà de la Matière qu’il régit d’autorité, de façon absolue.  Dans ce système universel, la Conscience détermine l’Être.  Les pensées détiennent un pouvoir créatif, selon leur intensité et leur précision, et elles servent de moyen de création.  Mais c’est la pensée engendrée par l’imagination, qui recourt à la visualisation, qui crée.  L’intensité du désir et du souhait constitue un facteur important de la Manifestation.  Comme l’Action de la Pensée de Dieu crée, ainsi crée l’imagination de l’être humain, puisqu’il a été créé à son image et à sa ressemblance.  Et comme la Verbe de Dieu crée, ainsi crée la parole des êtres humains.  En fait, comme le Créateur universel, l’être humain crée consciemment ou inconsciemment par ses pensées, ses paroles, ses ressentis et ses actes.  De ce fait, tout homme peut s’extraire de son état apparent d’ignorance et accéder, en tout temps, à l’état de connaissance de la vie.  Mais, pour y parvenir, il doit accepter son Héritage de Perfection et son Pouvoir de Création.  C’est ainsi qu’il peut changer son monde et le renouveler.

 

Deuxième loi de l'Analogie :

 

Il faut accepter de ne prendre ni de bonnes ni de mauvaises décisions. On ne vit que des expériences qui font partie de la compréhension de notre appartenance à l’univers. Il faut toujours se poser la question : Pourquoi me suis-je attiré cette expérience?

Elle stipule que Tout est en haut comme en bas, et inversement.  Tout est à l’intérieur comme à l’extérieur et inversement.  Il en est ainsi dans le Grand (le Macrocosme) comme dans le Petit (le Microcosme) et inversement.  Parce que, pour tout ce qui existe en ce monde, il existe une réplique analogique sur tous les plans de l’Être ou de la Conscience cosmique.  De ce fait, c’est ainsi qu’un être peut réaliser que le grand existe dans le petit et inversement.  Tel il est, tel est son expérience dans le monde extérieur.  À l’inverse, par inversion, le monde extérieur sert de miroir au monde intérieur.  Ainsi, ce qu’il change en lui, il le change partout autour de lui.

 

Troisième loi de l'Attraction :

 

Nous sommes les conséquences de nos pensées, et tant et aussi longtemps que l’on n’accepte pas quelqu’un ou quelque chose, on se l’attire. On a soi-même le défaut que l’on reproche aux autres.Elle exprime que le pareil attire le pareil, car les semblables s’attirent tandis que les dissemblables se repoussent.  La conduite personnelle d’un être détermine sa condition personnelle et toutes les conditions de sa vie.  La positivité attire plus de positivité et elle rend créatif, constructif, ingénieux, inventif : la lumière attire la lumière;  l’amour attire l’amour;  la tendresse attire la tendresse;  le bienfait attire le bienfait;  la joie attire plus de joie.  Mais la négativité attire davantage de négativité : le sombre attire le sombre;  l’agression attire l’agression;  la haine attire la haine;  le chagrin attire le chagrin;  la dépendance attire la dépendance.  Tout ce qu’un être n’arrête pas continue de se répéter ou de se reproduire.  Ainsi, il gagne à augmenter ce qui l’avantage et le sert, mais à éliminer ce qui le désavantage et le dessert.  Le bien induit dans une spirale qui élève sans fin, tout s’y multipliant au centuple;  le mal induit dans une spirale qui abaisse sans fin, tout s’y détruisant par soi-même.  La spirale du bien mène à l’Illumination suprême, à la Maîtrise totale ou à la Vie éternelle;  celle du mal, au malaise, à la maladie, à la dépression, au désespoir, au désastre, à la mort et à la réincarnation.

 

Quatrième loi de l'Harmonie :

 

Un sentiment est toujours réciproque. Ce que l’on ressent envers une personne, cette personne le ressent aussi pour nous. Si on se prive d’une expérience de vie, on se prive d’une connaissance et d’un savoir.La perfection est dans le moment présent.

En fait, l’harmonie résulte de l’équilibre et elle décrit le flot même de la Vie, tel qu’il s’exprime naturellement.  Tout aspire à l’équilibre pour maintenir l’ordre et entretenir l’harmonie.  Le plus grand ou le plus fort détermine le plus petit ou le plus faible;  le plus grand ou le plus fort élève le plus petit ou le plus faible à son niveau par le partage de sa grandeur ou de sa force.  La vie constitue un ensemble harmonieux où, de part tout l’Univers, s’opèrent sans cesse le don et le redon des éléments et des pouvoirs qui animent la Création.  Celui qui cherche uniquement à prendre et à retenir pour accumuler finit par engendrer des blocages.  Et ces blocages engendrent des malaises qui peuvent conduire à la maladie et à la mort.  La vie ne tolère que ce qui favorise la vie.  Tout ce qui produit un blocage doit disparaître pour faire place à la vie.  La vie résulte du Mouvement éternel qui, par le jeu mutuel des forces, entretient l’équilibre par la compensation.  Les effets différents tendent à s’équilibrer pour ramener au plus vite l’harmonie.  Dans la vie, il faut savoir prendre et donner, prendre autant qu’on donne et donner autant qu’on prend.  C’est par l’échange et le partage de l’énergie que la vie s’entretient.  Ce qui cesse de circuler se corrompt et se détruit par implosion.  L’Univers et l’Omnivers se maintiennent par une dynamique incessante d’échanges équilibrés qui s’accomplissent dans l’aisance, la douceur, l’harmonie, la grâce, la beauté et l’amour.  Le don et l’accueil constituent les deux aspects apparemment opposés du Courant de l’Énergie cosmique.  Ainsi, ce n’est qu’en donnant librement et généreusement ce qu’un être cherche qu’il l’obtient en abondance, car ce qu’il donne à autrui, il se le donne.  Ainsi, il réalise qu’il porte tout en lui.  Qui sème l’harmonie récolte l’harmonie;  qui donne la paix reçoit la paix en retour;  qui exprime l’amour, s’attire l’amour.  Qui donne généreusement, sans attente, s’attire la vitalité ou la santé, l’abondance, le succès et la grâce.  Chacun reçoit autant de la Plénitude de la Vie qu’il s’ouvre à en recevoir.  Et un être s’ouvre dans la mesure où il élimine de sa conscience les pensées de besoin, de manque, de pénurie et de limite et qu’il se lance dans la nouveauté et l’illimité.  Qui ne ressent pas la Plénitude en lui-même ne la découvrira jamais à l’extérieur de lui-même.  Nul ne peut s’enrichir en prenant chez les autres et en les exploitant.  Chacun doit payer le prix de ce qu’il désire, à moins que cela lui soit offert autrement.  Qui veut recevoir doit savoir donner en comptant sur la grâce de Dieu.

 

Cinquième loi du Rythme :

 

Il n’y a pas de hasard. Si une personne ou un événement arrive dans notre vie, c’est pour revivre un blocage émotionnel de l’enfance et même, de l’état fœtal. Celui-ci nous permet de redécouvrir qui l’on est et se libérer de ses peurs, de ses angoisses, de son agressivité, de ses ambiguïtés sexuelles et de sa haine.

Par lui, on peut redécouvrir la simplicité de l’enfant que l’on était et ainsi, la joie de vire.

Cette loi enseigne que rien n’est statique puisque tout bouge ou vibre.  Tout circule en dedans comme au dehors.  Tout passe de l’intérieur vers l’extérieur.  Tout atteint son zénith ou son nadir;  tout comprend un flux et un reflux;  tout ce qui monte descend et tout ce qui descend doit remonter;  tout s’élève puis s’abaisse.  Tout suit un mouvement de balancier dans lequel l’écartement du mouvement vers la droite est conditionné par le celui du mouvement vers la gauche et inversement.  Et ce mouvement est perceptible en tout.   Le rythme compense tout et égalise tout.  Tout circule : tout ce qui entre doit sortir et ce qui sort, entrer.  Rien n’est jamais au total repos.  De ce fait, il faut prendre garde à la rigidité sous toutes ses formes, privilégiant la souplesse et la flexibilité, car ce qui plie de bonne grâce ne rompt pas.

 

Sixième loi de la Causalité :

 

Plus on s’ouvre, plus on se découvre. Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux, qui sont les enfants et l’enfant que tu étais.

Il faut avoir un immense respect pour soi-même et pour les autres.

Elle évoque le fait que toute cause engendre un effet identique et que toute action provoque une réaction équivalente.  À l’inverse, tout effet provient d’une cause et toute réaction, d’une action.  Ce n’est donc qu’en opérant au niveau de la cause qu’on change l’effet ou au niveau de l’action, qu’on change la réaction.  Dans ce contexte, la chance, la fortune, le sort, le hasard ne peuvent être que des mots vides de sens : ils identifient l’expression d’une ou de plusieurs lois qu’on n’a pas pu reconnaître.  De même pour le miracle ou le prodige : ils réfèrent à une application consciente ou inconsciente d’une ou de plusieurs lois, notamment de celles de la Demande et de la Foi.  Sinon, le Système divin serait fondé sur le favoritisme et le privilège.  Sauf que la Causalité agit sur nombre de plans et que rien ne peut lui échapper.  Elle exprime à la fois l’incidence de la Justice immanente et de la Providence divine (l’Approvisionnement universel).  Toute action comporte un certain degré d’énergie qui impose qu’une énergie identique retourne à sa source ou à son créateur.  Elle fait que le pareil attire le pareil, que le semblable attire le semblable, que le similaire attire le similaire.  Tout part d’un point pour y revenir.  Tout effet égale toujours la cause en qualité, en quantité et en intensité.  Compensation, rétribution, juste retour, effet de boomerang, choc en retour.  À l’intérieur du Plan cosmique, tout être humain est le créateur de son être, de son univers et de son destin.  Tout ce qu’il dit, pense, ressent et fait, consciemment ou inconsciemment, lui revient de la même manière, au moment opportun, le mal se détruisant par lui-même et le bien se multipliant au centuple.  Tout cela ne vise jamais à le punir, mais à l’instruire, soit à lui faire comprendre l’incidence de l’Énergie divine conformément au jeu des Lois cosmiques et pour lui révéler le sens de l’Évolution universelle.  Parfois, selon la force d’impact de son action et les entités impliquées, entre le moment de l’agir et celui du retour, il peut exister des siècles et de nombreuses incarnations entre le moment de l’agir et celui du juste retour.

 

 

Septième loi de la Dualité ou du Vide:

 

La loi du vide est de se départir de ses préjugés, de ses schémas de pensées préconçues, de toutes les théories que nous n’avons pas vérifiées nous-mêmes. La loi du vide, c’est aussi se déposséder ; ne plus avoir besoin de biens matériels ou émotionnels auxquels on s’accroche par peur de mourir.Il faut simplement respecter l’énergie qui fait circuler ces biens et ce bien-être.

Au plan de la Création, tout est double ou bipolaire.  Tout comporte sa paire d’opposés.  Le pareil et le dissemblable participent à la même réalité unique.  Les opposés sont identiques en nature, mais différents en degré.  Les extrêmes se rencontrent ou fusionnent.  Toute vérité représente une demi-vérité.  Tous les paradoxes se concilient et se réconcilient.  Toute chose et tout être portent un genre, puisque tout découle des Principes masculin et féminin.  Les genres s’expriment sur tous les plans, hors de la Source une et unique.  Un être ne peut échapper à une loi inférieure que par l’application d’une loi supérieure, bien qu’il ne puisse jamais échapper à la Loi divine ou s’élever entièrement au-dessus d’elle.  Seul le Tout échappe à la Loi unique par sa transcendance, bien que, dans sa Manifestation, il lui reste soumis.  Dieu représente la Loi unique dont toutes les autres Lois cosmiques émergent.  Toute réalité présente deux pôles et toute chose offre une paire d’effets contrastants.  Le pareil et le dissemblable reviennent au même.  Les contrastes ou les opposés ne sont qu’apparents puisqu’ils sont pareils de par leur nature.  Seule la Vérité de Dieu est une.  L’apparence résulte d’une variation de la fréquence vibratoire.  Puisque son cerveau polarisé participe à la troisième dimension –où les contrastes semblent exister, bien qu’ils soient illusoires– l’être humain considère l’Unité, l’Unicité et l’Identité comme des paradoxes.  Pourtant, tous les éléments paradoxaux se résolvent lorsqu’on sait les ramener au milieu, où tout fusionne.  Du reste, c’est la seule manière d’approcher de la Vérité.  Il n’y a que dans l’Unité du Juste Milieu que la Vérité prend tout son sens.  Ailleurs, elle devient une portion de la Vérité.  L’être humain ne peut pas comprendre la Vérité par le mental, il ne peut la saisir que par le cœur.  Mais, pour échapper à la troisième dimension, il doit commencer par reconnaître l’Unité de l’Être et de toutes choses, le multiple ne représentant que la somme des aspects de l’Être-Un indivisible.  Cette réalité s’approche par l’expression de l’amour inconditionnel, ce qui revient à dire qu’il faut vivre l’amour.  Car dans l’amour inconditionnel et impersonnel, un être s’élève au-delà des aspects de la Polarité.  Cet amour gracieux appelle à refuser de juger et d’évaluer les autres à partir des critères personnels limités;  à éviter de tenter de s’élever au-dessus d’autrui;  à accepter le point de vue des autres;  à reconnaître que chacun a raison dans son expérience personnelle;  à saisir que personne n’a de compte à rendre à qui que ce soit;  à réaliser que personne n’est tenu de se justifier de sa conduite et de ses choix;  à croire que tout est toujours bien.  La sexualité, un corollaire de la Polarité, s’exprime à tous les niveaux et dans toutes choses par les genres.  Les deux aspects de la sexualité fusionnent dans l’Unité.  Tout comprend un élément mâle et un élément femelle.  La sexualité représente la quête ardente de reformer l’Androgyne primordial.  L’Unité sans polarité comprend un aspect masculin et un aspect féminin, comme l’enseigne le Dao (Tao), si on ne sépare pas l’Océan des vagues.  Le masculin n’existe jamais sans le féminin.  Normalement, tout homme détient une âme féminine et toute femme, une âme masculine.  C’est cet élément essentiel qui, dans l’homme et la femme, représente le Prince Charmant ou la Fiancée divine.  Ainsi, chaque être humain est à la fois mâle et femelle et, de ce fait, étant entier, complet, total et parfait en lui-même, il peut espérer reconstituer (i.e. reconnaître ou redécouvrir) son Unité primordiale.  Chacun devrait vivre ses aspects polaires en équilibre pour entrer dans l’harmonie.  Car c’est dans le Juste Milieu que réside le Centre et que se révèle l’Unité.  En effet, dans le Tout, l’être humain «vit, se meut et a son être».  De ce fait, il ne doit pas craindre d’affirmer, avec la «Cabale», qu’il est «maintenu fermement dans l’Esprit infini du Tout».  Le Tout, qui est le Principe unique de l’Ordre, est parfait, omniscient, omniprésent, omnipotent et omni agent.  De ce fait, il constitue la Réalité inévitable et inaltérable que vivent toutes les créatures puisqu’elles trouvent leur être en lui.

 

Résumé sur les lois de la Nature ou Cosmique:

 

Accepte-toi de toutes tes forces. Lorsque tu auras réussi cela, tu accepteras les autres comme toi-même. Accepter, c’est se donner le droit de vivre et donner ce droit aux autres sans condition et à tout prix. C’est le prix de la liberté.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Lunesoleil (dimanche, 28 février 2016 22:20)

    Les sept principes du kybalion
    Principe de mentalisme
    Principe de correspondance
    Principe de vibration
    Principe de polarité
    Principe de rythme
    Principe de cause et d'effet
    Principe de genre

    Les grandes lignes de ton article y ressemble de beaucoup :)

0633813535

consultation :