Empathe et Hyper sensible

Caractéristiques de l'Empathe:

 

- Capacités à recevoir des informations immédiates à propos des gens, leurs intentions, leurs problèmes,leurs souffrances,leurs émotions,leurs douleurs etc. Se retrouve alors avec des blocages physiques dans certaines parties du corps,comme le dos, le cœur, l'estomac.

- Récupère ces énergies, émotions, souffrances, dysfonctionnements ,en pensant que ce sont les siens.

- Éprouve une profonde tristesse à la vue de situations cruelles et violentes ( certains programmes télé et bruits sont alors insupportables) .

- Se sent toujours du coté des démunis, des laissés -pour -compte, et de ce fait, attire les gens "à problèmes".

- A la sensation constante de fatigue, de perte d'énergie, qui devient difficile à compenser. Certains, pensant se recharger, peuvent,inconsciemment se réfugier dans des comportements addictifs avec la nourriture, le sexe, l'alcool, la drogue etc.

- A un penchant créatif, imaginatif et artistique.

- Est irrésistiblement poussé vers les médecines holistiques, les pratiques ésotériques, pouvant être eux-mêmes guérisseurs.

- A un grand besoin de solitude et d'union avec la Nature (connexion immédiate avec le vent, l'eau, les animaux, les arbres, l’énergie...)

- Peut s'ennuyer facilement s'il n'est pas stimulé, ni passionné par ses activités. Peut alors paraître passif, paresseux, alors qu'il rejette en fait ce qui est mensonger, ce qui ne sonne pas juste en lui.

- Aime les voyages, l'aventure, adore se perdre délicieusement en regardant la lune et les étoiles -sensation de liberté que ces situations procurent.Par contre, la routine, l'autoritarisme, le contrôle sont des notions qui peuvent le dépiter, ayant la crainte d'être enfermé,emprisonné.

- Évite de s'approprier des objets qui ne lui ont pas appartenu, ne fait donc pas les brocantes, marchés aux puces, vide-greniers et friperies. Si vous aimez les brocantes, nettoyer énergiquement l'objet obtenu en faisant brûler de la sauge blanche par exemple.

- Ressent un énorme malaise au sein de certains groupes et dans des endroits publiques, surtout lorsqu'il y a foule (cinéma, magasin,concert...).

 

Qui est l'Empathe?

On est Empathe, dès la naissance, possiblement avant. Il s'agit de fuites dans l'aura. Pour colmater ses fuites la méditation, l'ancrage et différentes techniques spirituelles pourront l'aider à vivre équilibrer et à gérer ses pouvoirs. Les personnes énergivores qui "attaquent" la bulle de l'Empathe le sont pour différentes raisons (besoin d'amour, de vibrations positives, de guérisons physiques/morales/émotionnelles…). Je n'ai pas envie d'utiliser le terme de "vampires énergétiques" car il me semble trop connoté et négatif. Ces personnes ne se rendent pas forcément compte de ce qu'elles font et ,l'Empathe qui s'ignore, ne sait pas non plus qu'il prend ces charges dans son champ énergétique, expliquant la venue soudaine de douleurs ou provoquant des changements d'humeur radicaux . On peut alors imaginer à quel point l'ignorance du processus peut faire passer certains pour déprimés, hypocondriaques ou suicidaires, ne sachant pas comment mettre fin à leurs inconforts. L'Empathe qui n'a pas réalisé ce qui se passe en lui ,depuis "toujours", peut s'enfermer et souffrir encore plus, générant colères, tristesses et anxiétés.

 

En fait, ces fardeaux, émotions et douleurs n'appartiennent pas à l'Empathe ,et la bonne nouvelle est la suivante:

une fois la prise de conscience faite , on peut agir et mettre en place des outils ,afin ne plus subir ce système. Mieux encore, on peut développer ses dons de clairvoyances et de guérisons en toute confiance...

 

Je suis intimement persuadée que les grands sensibles, les empathes et les autistes partagent des caractéristiques communes par rapport aux énergies. En tant que praticienne énergétique ,j'ai souvent remarqué l'illumination qui émane. J'ai trouvé que les personnes (particulièrement les enfants) avec autisme ont une aura éblouissante.

 

Qu'est ce qu'un Hyper Sensible:

 

D’après les recherches scientifiques d’Elaine N. Aron, 20% de la population est touchée par ce trait de caractère que l’on nomme l’hypersensibilité ou haute sensibilité, dont son diminutif est HS.

Malheureusement, il est difficile de se sentir «normal» dans une société où la majeure partie des gens, le 80% restant, ne vivent pas avec cette même sensibilité.

Par conséquent, les personnes possédant une haute sensibilité, vivent dans la souffrance de se sentir incompris et ne peuvent pas voir en eux leur véritable potentiel.

monde n’est pas rose et nous en avons tous conscience. Notre vie est faite de « contraste » entre ce que nous appelons le « bien » et le « mal », le « négatif » et le « positif », ce que nous aimons et ce que nous n’aimons pas. Chaque jour de notre vie, de notre naissance à notre mort, nous utilisons nos 5 sens qui nous procurent soit des sensations agréables, soit désagréables. Toute notre vie est gérée à travers ces 5 sens principaux (même si nous verrons plus bas que d’autres sens peuvent se rajouter). Toutes nos réactions sont basées principalement sur ce que nous voyons, entendons, goûtons, touchons ou sentons.

 

Pour rappel, voici quels sont nos 5 sens :

 

La vue, l’ouïe, le goût, le toucher, et l’odorat.

 

Lorsque l’on est « hypersensible », cela veut dire que tous nos sens sont exacerbés. Je suis par exemple une vraie hypersensible et je confirme, tout est accentué et ressenti beaucoup plus fort au niveau de mes 5 sens (et même de mon « 6ème » sens dont je parlerai plus bas). J’ai par exemple une vue extrêmement performante (supérieure à ce qui est exigé pour un pilote), je suis très sensible aux odeurs (bonnes comme mauvaises), le bruit m’irrite très vite, je suis très sensible au toucher (j’ai immédiatement des frissons si l’on me touche et je suis très sensible aux massages), je ne supporte pas beaucoup de matières sur ma peau, une trop forte lumière me rend extrêmement inconfortable, je ne supporte pas la sensation de faim, je réagis très vite émotionnellement, et j’ai absolument toutes les caractéristiques de l’hypersensible citées ci-dessous. En clair, l’hypersensible ressent tout, perçoit tout, voit tout, d’une manière beaucoup plus élevée et intense que la plupart des gens. On estime à 15-20% la part de la population qui serait hypersensible.

 

Les caractéristiques de l’hypersensible

 

Hypersensibilité au bruit (qui agresse ses oreilles trop sensibles, qui l’empêche de se concentrer, de penser).

Ne supporte pas la sensation de faim

Ne supporte pas les endroits trop peuplés

Hypersensibilité aux textiles (ne supporte pas certaines matières sur sa peau, ou les étiquettes des vêtements)

Hypersensibilité aux aliments ou textures d’aliments

Très réceptif au toucher (sensible aux caresses et massages)

Très sensible à la lumière (certaines lumières peuvent vraiment le rendre inconfortable)

Indignation contre l’injustice

Recherche de sens (cherche à comprendre et expliquer tout)

Sentiment d’être aliéné et seul

Volonté d’être original, et de ne pas pouvoir ou vouloir entrer dans la norme

Profonde aspiration à vouloir apporter quelque chose au monde grâce à sa créativité

Vouloir continuellement apprendre de nouvelles choses

Les informations nerveuses circulent très vite, ce qui rend l’hypersensible hyper-réactif, il réagit à tous les stimuli, sans vraiment filtrer.

Il « voit » tout, « entend » tout, ressent tout, ce qui peut être parfois difficile à gérer

Il est envahi par une quantité très importante d’idées, de paroles, d’informations et de perceptions, ce qui est aussi souvent difficile à gérer.

Il est sensible aux ambiances. Il peut être perturbé et affecté par tous les conflits, les tensions et les problèmes psychologiques des personnes qui l’entourent, même s’il n’est pas responsable ni concerné.

Il est extrêmement empathique : Il a la capacité de se mettre à la place des autres et de ressentir leur souffrance. Il est envahi par les sentiments et les émotions des autres et de lui-même. Il ressent tout très fortement. L’affectif prend beaucoup de place dans sa vie.

Intensité émotionnelle : il a facilement les larmes aux yeux, il est « à fleur de peau ».

La tristesse, la joie, la colère peuvent prendre chez lui des proportions démesurées. Il peut passer rapidement du rire aux larmes.

Colères soudaines pour des raisons qui peuvent paraître « ridicules » pour l’entourage. Mais l’hypersensible est pourtant sincère. Il ressent fortement les choses et son entourage a souvent du mal à comprendre ses débordements (ne percevant pas les mêmes choses que lui).

Il a besoin d’amour parce qu’il est sensible, émotif et qu’il vit beaucoup dans l’affectif.

L’hypersensibilité semble être de naissance et déterminée génétiquement. Vraisemblablement, les hypersensibles ont un système nerveux plus sensible et réagissent aux stimuli internes et externes de manière plus forte que l’individu moyen. Je confirme, on « naît » hypersensible ou non. Personnellement, je sais que je suis comme cela depuis toute petite. Le problème, c’est que l’hypersensible, étant donné que cela ne représente qu’1 à 2 personnes sur 10, se sent souvent très seul et incompris, et pense souvent qu’il a un problème (ou on lui fait croire cela). Or, l’hypersensibilité présente de nombreux avantages et les personnes les plus remarquables dans l’histoire de l’humanité, ont très souvent été justement, des hypersensibles.

 

Hypersensibilité et sur-efficience mentale

 

Les hypersensibles le sont souvent à cause d’un autre paramètre : la sur-efficience mentale. Voici quelques caractéristiques de la sur-efficience mentale :

 

Hyper stimulabilité, hyperesthésie, hypersensibilité, susceptibilité

Fonctionnement cérébral non linéaire : en arborescence ou par associations

Curiosité, créativité, imagination débordante

Capacité à faire plusieurs choses en même temps, persévérance (si l’intérêt le justifie)

Intérêts très variés, passant facilement d’un domaine à l’autre

Recherche de la compagnie de personnes plus âgées

Grand sens de l’humour, mais très particulier, souvent incompris

Respect des règles bien comprises (« logiques »), mais tendance à questionner l’autorité non fondée

Perfectionnisme, doublé d’une extrême lucidité, qui entraînent parfois le doute, la peur de l’échec

Le surdoué a un besoin immense d’être aimé, tellement grand qu’il est rarement comblé.

Être en extase même avec un tout petit quelque chose

Ne jamais s’ennuyer s’il est seul, comprendre vite

Expérimenter et beaucoup apprendre

Avoir une sensibilité aux personnes, une empathie naturelle

Avoir la possibilité de « jouer » avec la vie

Avoir des sensations fortes en musique et en art

Ne pas être impressionné

Avoir une capacité d’ouverture.

 

 

Il y a quelques années l’on m’a expliqué que c’était mon cas, et j’ai commencé à comprendre que je n’avais pas un « problème », mais simplement que mon cerveau et mes sens fonctionnaient trop vite. Dans ma tête, c’est un peu comme un ordinateur qui aurait 30 fenêtres ouvertes en même temps, et cela en permanence. La plus grande peine de ma vie, c’est toujours à la fin de chaque journée de n’avoir pas pu réaliser toutes les choses que j’aurais aimé réaliser. (Je créée trop vite par rapport à ma capacité humaine de réalisation).

 

Au delà de nos 5 sens

 

Nos 5 sens sont les sens « principaux » que nous utilisons pour vivre chaque jour. Mais ce serait diminuer fortement les capacités de l’être humain que de penser que ce sont eux qui nous définissent entièrement, car ils ne constituent finalement que nos sens « corporels ».

 

En effet, nous sommes dotés d’un corps, d’une âme et d’un esprit. Et par conséquent, d’autres sens s’ajoutent aux 5 que nous connaissons tous : les sens « spirituels ».

 

On parle souvent par exemple du « 6ème sens », que l’on associe souvent à l’intuition par exemple.

 

Il y a aussi l’émotion, l’imagination, la conscience et l’inspiration. D’où provient tout cela ? L’on s’aperçoit bien qu’ils ne proviennent pas des 5 sens corporels, ils sont à part, et ceux qui les maîtrisent ont une vie beaucoup plus riche et sereine que ceux qui les ignorent et ne cherchent pas à les développer, continuant à vivre la vie à travers le filtre unique des 5 sens corporels.

 

Comment vivre dans ce monde en tant qu’hypersensible

 

Comment m’intégrer aux personnes que je fréquente, aux groupes, à la vie sociale ?

 

Comment acquérir une certaine sérénité et paix intérieure malgré ces nombreuses pensées, images et sensations qui m’habitent en permanence ?

 

Comment arriver à ne faire qu’une seule chose à la fois sans trop me disperser ?

 

Comment cesser de penser que j’ai un problème et de vouloir être une personne « normale » ?

 

Comment vivre sur terre, sans pour autant rejeter le fonctionnement de la société ?

 

Je suis passée par toutes ces questions et voici ce que mon expérience m’a fait comprendre, ainsi que mes conseils :

 

1) Cesser immédiatement de penser que « nous avons un problème ».

 

L’hypersensible a tous ses sens hyper développés. C’est peut être quelque chose de fatigant parfois, mais de l’autre côté, c’est un ENORME avantage. Voici les avantages que j’ai personnellement trouvé au fait d’être hypersensible :

 

Grande capacité de compassion pour les autres ce qui fait que les gens aiment se confier à nous et nous font confiance.

 

Intuitions très développées et vitesse d’analyse et de réflexion hors norme, ce qui fait que nous sommes beaucoup moins propices au fait de nous faire « avoir » par les autres et à nous retrouver dans des situations que nous n’aurions pas vues venir

 

Créativité et imagination exacerbées, ce qui fait que nous ne nous ennuyons jamais et la vie pour nous est un cocktail de possibilités infinies. Les personnes hypersensibles deviennent souvent de grands artistes, écrivains, créateurs, inventeurs, et visionnaires en tous genre. Leur sensibilité et leur imagination mixées, leur permettent de changer le monde.

 

Nous sommes des personnes avec un très bon « fond », étant de profonds empathiques, nous ne pouvons faire aux autres ce que nous n’aimerions pas qu’ils nous fassent (comme nous pouvons ressentir la douleur des autres). Nous voulons au contraire aider les plus faibles, et toujours défendre les injustices.

 

L’on ne s’ennuie pas avec nous, puisque nos émotions ne sont pas toujours les mêmes, nous avons de l’enthousiasme très fort, mais aussi de la tristesse très forte, des colères très fortes, en clair, la routine émotionnelle n’existe pas chez les hypersensibles (couplée à notre imagination débordante)

 

Nous sommes propices à l’apprentissage permanent, et à la remise en question, ce qui fait que nous sommes des personnes en constante évolution (comparé à ceux qui sont « moins sensibles » mais qui au final restent les mêmes toute leur vie).

 

 

  1. Se protéger des lieux, personnes et circonstances qui peuvent nous toucher

 

Connaissant notre hypersensibilité, il est impératif de se protéger. Le monde ne changera pas du jour au lendemain, c’est donc à nous de nous y adapter en sélectionnant avec attention tout ce que nous faisons, les endroits où nous allons, ce que nous regardons et les gens que nous fréquentons.

 

L’hypersensible a besoin d’être dans des environnements positifs, sereins et sains. Il doit éviter les milieux stressants et compétitifs. Il en va de même pour les personnes qu’il fréquente, car il détecte toute mauvaise intention ou émotion négative chez les autres. L’hypersensible a souvent besoin de solitude et n’aime pas être dans les endroits trop peuplés. Il devra donc respecter cela pour se protéger et conserver son bien-être et ce n’est aucunement un acte égoïste mais au contraire un grand acte d’amour propre et de respect de soi.

 

Cela ne veut pas dire que l’hypersensible doit vivre dans une bulle coupée du monde et en ignorer les problèmes. Il doit se connaître assez pour comprendre ce qu’il peut regarder, faire, et qui il peut fréquenter sans devenir ensuite trop déstabilisé par ses émotions. Un exemple : Je suis hypersensible, par conséquent regarder des images de maltraitance animale provoque en moi une telle violence et tristesse que je peux difficilement regarder ces images sans en être bouleversée. Je décide donc de ne pas trop m’exposer à ces images. Mais, de l’autre côté, cela ne veut pas dire que je ne vais rien faire pour que les choses évoluent. Au contraire, j’utilise ce que je ressens comme force, pour un changement positif dans le monde en sensibilisant les autres sur ces sujets et en étant moi-même actrice de ce changement.

 

3) Utiliser son hypersensibilité comme force

 

Un peu comme dans le point numéro 1, rendez-vous bien compte de la force qu’est votre hypersensibilité. Si vous êtes nés avec ces facultés (oui, ce sont selon des facultés que d’autres n’ont pas), alors, autant les utiliser. L’hypersensible a besoin de se réaliser (puisqu’il a besoin de sens dans sa vie) donc c’est en s’investissant dans une grande cause, ou dans un travail qui correspondra avec sa passion, et en se concentrant régulièrement sur une activité qui lui plaît (artistique, physique, spirituelle…), qu’il développera sa confiance en lui et qu’il deviendra moins sensible aux critiques.

 

Aujourd’hui je me rend compte par exemple à quel point mon hypersensibilité est une force puisqu’elle me permet de comprendre mes clients à un niveau très élevé, d’être touchée par de nombreuses causes dans le monde et d’avoir ainsi la volonté de faire quelque chose pour que cela évolue. Une personne non sensible ne développera à l’inverse pas l’envie de contribuer à changer les choses qui ne vont pas dans ce monde, ni ne sera apte à aider profondément les autres, étant dépourvue d’empathie.

 

4) Pratiquer la méditation et toute activité visant à donner plus de sérénité et de paix intérieure

 

L’hypersensible à besoin de se vider régulièrement la tête, et également de toutes les émotions ingurgitées pendant la journée (les siennes ou celles des autres puisque c’est une éponge). La méditation est un excellent moyen de dissiper tout cela. L’activité physique aussi, la musique, l’art, et pratiquement tout activité qui permet en fait à l’esprit de s’évader et à ne plus penser.

 

Se détacher de l’opinion des autres est aussi un must pour l’hypersensible. Puisque les hypersensibles encore une fois ne constituent que 15 à 20% de la population, nous pouvons parfois nous sentir très seuls. Mais encore une fois, il faut tourner cela comme une force et se rappeler de tous les avantages que notre hypersensibilité présente.

 

5) Comprendre que rien n’est hasard et que si vous êtes hypersensibles, c’est qu’il y a une raison

 

Si tout le monde était hypersensible, alors il n’y aurait pas de chirurgiens, de pompiers, de policiers, d’infirmiers…

 

Mais si personne n’était hypersensible alors il n’y aurait pas d’artistes, de révolutionnaires, de chanteurs, d’écrivains, de psychologues, de bénévoles en tous genres, de créateurs de refuges…

 

Il faut de tout pour faire un monde et si vous êtes hypersensibles, c’est qu’il y a une bonne raison à cela. Il vous suffit d’utiliser cette hypersensibilité pour le bon métier, et d’être entouré des bonnes personnes qui sauront reconnaître cela en vous comme étant une qualité et l’honorer.

Conclusion

 

Vivre dans ce monde violent, dur, et souvent sans conscience peut être extrêmement difficile pour une personne hypersensible. Plusieurs fois, on peut même se demander ce que l’on fait là, à quoi bon continuer, puisque tout cela n’a pas de sens.

 

Mais dans ce monde, rien n’est hasard. Même si cela peut être difficile à comprendre d’un point de vue « terrestre », à l’échelle de l’univers, tout a sa place, et tout est parfait. Si une personne naît « hypersensible » (au même titre que d’autres caractéristiques qui pourraient le différencier des autres ou lui apporter des challenges supplémentaires), c’est qu’il y a une bonne raison derrière tout cela. Le tout est de trouver laquelle.

 

Qu’est ce qui vous procure le plus de joie dans la vie ? Réfléchissez à vos passions et trouvez comment allier votre sensibilité et votre passion, pour ainsi donner naissance à une activité qui vous donnera votre place dans le monde et vous fera réaliser que tout cela n’était vraiment pas un hasard, que c’était bien votre destinée, et que tout cela était vraiment parfait, pour ce que vous étiez sensés accomplir et apporter à ce monde.

 

Les êtres hypersensibles sont souvent, en plus, des personnes ayant des « missions de vie » plus importantes que d’autres, avec donc des challenges plus conséquents. Apprendre à aimer et à honorer son hypersensibilité est la chose la plus importante, pour enfin pouvoir offrir au monde les choses extraordinaires qu’elle peut nous permettre de créer.

 

Je dédie ce texte à notre chienne Vanille qui n'a pas eut le temps de vivre notre projet

 

de la ferme aux plantes aromatiques et médicinales ou nous accueillerons des enfants Hypersensibles et Empathes ...

Écrire commentaire

Commentaires : 8
  • #1

    voyageuse (samedi, 07 mai 2016 23:51)

    un grand merci pour ce moment de lecture qui me conforte dans le vivre sensiblement intense cette vie afin de construire notre demain doux joyeux en accord parfait avec notre nature en exprimant l'amour de l'autre ... tout un programme
    comment s'appelle votre ferme ?
    bonne continuation,
    bien à vous
    magali

  • #2

    Elemiah Thot (lundi, 09 mai 2016 15:22)

    http://lm.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Flauramarietv.com%2Fcomment-apprendre-a-dire-non-et-a-se-proteger-lorsque-lon-est-empathique%2F&h=6AQFfxY9v&s=1

  • #3

    elemiah (mercredi, 11 mai 2016 09:17)

    http://nospensees.fr/suis-personne-hypersensible/

  • #4

    Ema (mardi, 31 mai 2016 18:49)

    Article entièrement copié/collé de l'article suivant : http://lauramarietv.com/comment-vivre-dans-ce-monde-lorsque-lon-est-hypersensible/
    Il aurait été plus honnête de mentionner le nom de l'auteur au lieu de s'approprier ses écrits !

  • #5

    Elemiah (mercredi, 01 juin 2016 07:06)

    Regardes # 2

  • #6

    Aurélien scala (mardi, 05 septembre 2017 07:44)

    Bonsoir, je me retrouve parfaitement dans cette description. Je suis né empathe, j ai 33 ans aujourd'hui, j ai mis 32 ans a trouvé un début de refuge en trouvant la définition du profil empathe. J ai passé plus de temps a valider mon anormalité pour tenter d atteindre la sérénité, poussé par le besoin d être accepté, sans se soucier des ravages que mon silence causerait. J étais ce gamin rêveur et doux sur qui il fallait cogner pour éviter de s y intéresser. Les coups des récrés, les humiliations publiques devant des équations de craie blanche et des haïkus dénigrés car mes échecs scolaires ne laissent pas de place aux poèmes. J étais cet élève médiocre, turbulent et gênant, qui réussis quand il le décide et que l enseignant est curieux. Juste un gamins écorché et sonné face à la cruauté, la violence et la haine. Générant l amertume et l idée de ne pas appartenir à ce monde. Faisant face à des adultes submergés et brisés par leurs enfances, usés d avoir enfouis leurs traumatismes tout une vie, choisissant de me contraindre par la force plutot que prendre le temps de comprendre. Mon affection est surfaite, ma sensibilité est pathologique et les poings de mon père sont des inhibiteurs. Heureusement pour moi j ai dessiner mon Arche, j ai tout jeté sur des feuilles blanches. Je me suis caché dans mon bois, ou seule je façonné des royaumes, des villages elfiques et inventé la monnaie. Je m éloigné dangereusement de leurs réels, aiguisant mon cynisme, mon humour noir et ma misanthropie. À l âge de 17 ans, j ai trouvé opportun de rencontrer les autres, les mêmes qui jadis me jetés des pierres se mirent à rire à mes blagues. J ai vite compris que j avais une faculté à lire les autres, à détrousser les menteurs, les fourbes, les tristes, je voyais le fond, la face caché de l iceberg, je predisais les discordes, les ruptures et même les coming out, enivré par cet outil, les plaies de l enfance béantes, je suis rentré dans un cycle destructeur, je tapé sur les faiblesses, je voulais faire mal, à mes bourreaux au début et sur tout le monde par la suite, les filles pleurés, les gros costeaux se courbes quand j évoqué leurs complexes, leurs blessures et leurs bêtises. J étais devenus un jeunes adultes sombre, impertinent, extravagant à l humour cinglant, révolté, la colère a plein régime, toujours prêt à planter des mots dans le coeur. Mais la noirceur que je jeté dans gènes était comme bain de minuit dans un lac d acide. Jusqu'au jour où je me suis presque persuadé que je ne respectais plus la vie et que ma mort pouvait être une solution. Imaginé ce gamin, qui ne peux comprendre l'existence de la cruauté, ne prématuré privé de sa mère, en quête perpétuel de cette chaleur, qui perçois à chaque minute, la tristesse d une mamie trop seule, l angoisse d un père carriériste, ou la terreur d un enfant migrant fuyant l atrocité, non content de ressentir, l émotion,s imprime et reste. Mais l'intensité opére aussi pour les émotions positives, une symphonie qui te transperce le torse et te fait pleurer de joie sans te prévenir en définissant la grâce. Ou pendant une seconde dans une foule bruyante tu contemple une enfant qui partage son repas avec un sdf. Et tu souris. Rassuré et Béa. Difficile à expliquer à des gens qui ne regardent plus, persuadés que le bonheur c est de plus payer d aggios. En plus d avoir subis l'indifférence, le rejet, le dénis et la violence, j étais en train de finaliser ma destruction. J ai donc commencé à utiliser la clairvoyance a des fins plus thérapeutique, et juste être dans la bonté, la bienveillance et l altruisme, peut importe qui tu es, tu as le droit de trouver la paix. J ai commencé à vivre des moments intenses, des rencontres, je devenais magnétique, les gens se débarrasses, avoués, dénoués leurs conflits sans forcément me charger de leurs maux. plus j avancé vers cette notion de guérison, plus je m éloigné de mon éducation cartésienne, créant un conflit intérieur. Entre matérialité et spiritualité, cette dualité me ronge de l'intérieur, plus je me tourne vers la spiritualité plus mes ressentis s intensifie, j ai découvert mon magnétisme, j ai vu les secrets atroces d une fille abusée, j'ai communiqué avec un comateux et dernièrement j ai des évènements que j apparente a de la médiumnité. L intensité et l alternances d émotions négatives/positives s intensifie me poussant dans travers pour m.anesthesier, alcool, drogue. Malgré ma volonté d aider l'autre, je finis toujours pas me détruire. J ai besoin de vos conseils pour me rééquilibrer et me sentir moins isolés. Merci

  • #7

    laurent Pouply (jeudi, 07 septembre 2017 17:20)

    contactes moi Aurélien au 0633813535 afin d'en discuter ...

  • #8

    Méissa (samedi, 21 octobre 2017 23:31)

    Merci infiniment, ce texte m'a beaucoup aidé pour comprendre pourquoi je n'arrivais pas à me caser dans cette société dite pourrie. Maintenant, je sais qu'est-ce qu'il me reste à faire.

0633813535

consultation :